c

BIENVENU SUR LE BLOG DE L'ASSOCIATION DES TITULAIRES DU TITRE DE LA RECONNAISSANCE DE LA NATION ET DU CIVISME ET DÉVOUEMENT SECTION SUISSE.
« Personne n'est assez fou pour préférer la guerre à la paix : dans la paix, les fils ensevelissent leur père ; dans la guerre, les pères ensevelissent leurs fils. » Hérodote



vendredi 14 août 2009

Les vacances d’été sous la protection du plan Vigipirate.


Pendant les vacances d’été, l’armée de l’air continue de veiller sur la sécurité de ses concitoyens. Outre la permanence opérationnelle (PO) qui assure la sûreté aérienne, 181 aviateurs sont déployés au sol principalement dans les aéroports de la capitale et des grandes villes de province (Marseille, Lyon, Bordeaux, Toulouse, Nice et Nantes). En application du plan Vigipirate, ils sont intégrés au dispositif de protection anti-terroriste.

Pour la première fois, le capitaine Laurence Perolle y participe au mois d’août. Elle est actuellement «chef du détachement Air» à l’aéroport d’Orly. En tant qu’officier de l’armée de l’air et commandant de point sensible isolé rattaché (PSIR) à Doullens (80), elle a le profil requis pour assurer ce type de fonction. «Pendant les vacances d’été, notre mission est encore plus importante que le reste de l’année, car il y a davantage de voyageurs dans les aéroports», explique-t-elle.

Pendant 15 jours, le capitaine Perolle et les militaires de son détachement patrouillent dans l’aérogare en équipes mixtes aux côtés du personnel de la police des frontières (PAF), véritable appui judiciaire à l’action de Vigipirate. Leur mission quotidienne est de surveiller et de renseigner pour rassurer les voyageurs et dissuader les éventuelles menaces terroristes. «Au quotidien, je demande à mon équipe de tout observer, ajoute-t-elle. Il faut être curieux de tout, chercher à repérer les colis abandonnés et les moindres comportements suspects. Par exemple, signaler une personne qui chercherait à photographier une porte de hangar ou un autre lieu relatif à la sécurité de l’aéroport».

Enfin, l’exigence de la mission Vigipirate n’empêche pas les bons rapports entre militaires et vacanciers. «Au contraire, déclare le capitaine, nous avons de nombreux contacts avec les voyageurs tout au long de la journée. Je m’aperçois que les militaires sont très bien perçus par la population civile, ce qui rend le travail plus agréable.»
Sources : Sirpa Air

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire