c

BIENVENU SUR LE BLOG DE L'ASSOCIATION DES TITULAIRES DU TITRE DE LA RECONNAISSANCE DE LA NATION ET DU CIVISME ET DÉVOUEMENT SECTION SUISSE.
« Personne n'est assez fou pour préférer la guerre à la paix : dans la paix, les fils ensevelissent leur père ; dans la guerre, les pères ensevelissent leurs fils. » Hérodote



mercredi 30 septembre 2009

Les commandos de l'armée de l'air abandonnent le Famas au profit d'un fusil allemand HK-416





Le FAMAS français détrôné par le HK-416 allemand ?
L'armée de l'air a décidé de retirer complètement le fusil FAMAS de la dotation de ses unités de commandos et de forces spéciales, que le HK-416 de la société allemande Heckler & Koch va remplacer.

Un article de la dernière livraison du mensuel de l'armée de l'air "Air actualités" consacré à ce sujet, explique la modularité de cette arme, (dont l'utilisateur peut choisir entre quatre canons de longueurs différentes) et les connaisseurs apprécieront cette remarque : "doté d'un système classique et efficace de piston à emprunt de gaz à culasse rotative au lieu de veine gazeuse, il ne s'encrasse pas."

Descendant en flammes notre bon vieux FAMAS bien de chez nous avec une ardeur de sous-lieutenant, le rédacteur souligne que la nouvelle arme possède des rails Picatiny. Mais comme on peut aussi en monter sur FAMAS , allez comprendre !

Le calendrier des dotations commencera par le CPA 10, puis le CPA 20 et le CPA 30, avant l'escadron d'hélicoptères de Cazaux et l'escadron de transport 3/61 Poitou d'Orléans. Plusieurs dizaines de milliers de FAMAS demeureront toutefois en service, dans les autres unités de l'armée de l'air.

La société Nexter (ex-GIAT Industries), qui produit le FAMAS depuis une trentaine d'années, présente ici les versions modernisées de son fusil d'assaut , qui demeure notamment une pièce maîtresse du programme Félin de l'armée de terre.
Précision : après lecture d'Air Actualité , qui affirme que le FAMAS sera totalement retiré du service dans l'armée de l'air, nous avions vérifié l'information auprès du Sirpa Air, qui nous l'avait confirmée. Une première version de notre article faisait état de ces éléments.

Mais il y a un problème : le FAMAS n'est en réalité retiré que des unités commandos et des forces spéciales, nous a finalement précisé le Sirpa.
Source : Jean Guisnel Le Point.fr

vendredi 25 septembre 2009

Rafale : l'hypothèse de la collision "la plus probable"



L'hypothèse "la plus probable" pour expliquer le crash de deux Rafale de la Marine nationale en Méditerranée hier est "une collision en vol", a indiqué aujourd'hui le Sirpa-Marine.

"Le pilote repêché a raconté ce qu'il a vécu et l'hypothèse la plus probable est celle d'une collision en vol", a déclaré le capitaine de frégate Bertrand Bonneau, du Service d'information et de relations publiques de la marine (Sirpa-Marine). Selon lui, les deux appareils se trouvaient encore à une soixantaine de kilomètres du porte-avions Charles de Gaulle, qu'ils s'apprêtaient à regagner, lorsqu'ils se sont abîmés en mer à 18h09 précises.

Les recherches se poursuivaient ce matin pour tenter de retrouver le second pilote, toujours porté disparu, le ministre de la Défense Hervé Morin étant attendu sur place dans la matinée. Selon le Sirpa-Marine, le pilote porté disparu totalise 5.000 heures de vol et est âgé de 45 ans, l'autre pilote, qui s'était éjecté et a pu être repêché "sain et sauf", ayant effectué 3.000 heures de vol à 40 ans.

Le Sirpa Marine a précisé dans un communiqué que "les moyens aériens et nautiques se sont relayés toute la nuit" pour poursuivre les recherches. Il s'agit de la frégate Courbet, d'une vedette de la gendarmerie maritime, de trois hélicoptères Dauphin de la Marine nationale et d'un hélicoptère Ecureuil de la gendarmerie nationale. En outre, "le remorqueur Abeille Flandres se dirige actuellement vers la zone de recherche avec à son bord du matériel de recherches sous-marines pour localiser les épaves des avions".

jeudi 24 septembre 2009

Concours de tir International




Organisé par nos amis de L'AMCR le 31 Octobre au stande de tir de châble-Croix à Collonbey-Muraz.
le matin:
Tir: Fusil au (300m) 15coups
Pistolet (25m) 15 coups

l'après-midi:
Visite au chateau d'aigle
prix 36Chf ou 24€ le tout.

Repas de cohésion à la cantine du stande 24Chf ou 16€.

dimanche 20 septembre 2009

Du nouveau pour les « Unités Combattantes » OPEX

Petit à petit les listes des unités classées combattantes pour les missions
extérieures paraissent ....ayez beaucoup de patience ...

1. ARMEE DE TERRE : « TCHAD »

Le détachement « Terre » de l’opération « Epervier » est reconnu « Unité combattante » pour la période du 25 juillet 1987 au 8 mars 1988 (y compris les personnels détachés à titre individuel).

1. GENDARMERIE : « LIBAN »

Les unités suivantes ayant assuré la protection de l’Ambassade de France et des ses annexes au Liban (Beyrouth) sont reconnues combattantes :

* 4ème escadron de Gendarmerie mobile de Lucé du 23.11.88 au 01.03.89
* 1er escadron de Gendarmerie mobile de Nantes du 22.02.89 au 31.05.89
* 1er escadron de Gendarmerie mobile de Limoges du 24.05.89.au 30.08.89
* 2ème escadron de Gendarmerie mobile du Havre du 23.08.89 au 7.12.89
* 8ème escadron de Gendarmerie mobile de Bourgoin-Jallieu du 13.09.90 au 6.06.90
* 1er escadron de Gendarmerie mobile de Niort du 31.05.90 au 29.08.90

Sont également concernés tous les personnels, issus d’autres unités, détachés à titre individuel au sein de ces escadrons.

Nota. Il faut avoir 90 jours de présence en période « unité combattante » pour pouvoir prétendre à la carte du combattant ou être titulaire d’une citation avec attribution de la Croix de la Valeur Militaire.

mardi 15 septembre 2009

Le soutient médical


Le soutien médical du BATFRA est dévolu à 5 structures sanitaires de rôle 1 (= postes de secours) soit un par compagnie. Chaque rôle 1 comprend un médecin, un infirmier, 4 brancardiers secouristes et un véhicule de l’avant blindé (VAB). Ceux-ci sont répartis sur trois sites à l’heure actuelle, le principal au camp de Warehouse à Kaboul, situé dans l’ancien bâtiment du groupe médicochirurgical français (qui a déménagé sur l’aéroport de Kaboul dans une structure multinationale). Le deuxième sur la FOB TORA à 01h45 de trajet routier de Kaboul, en Surobi, soutenant une compagnie du BATFRA ainsi que quelques éléments rattachés. Ce poste (en préfabriqués) est en voie d’agrandissement pour accueillir la totalité du BATFRA qui déménagera en novembre prochain. Le dernier rôle 1 est situé sur la COP ROCCO en vallée d’Uzbeen (environ 4 heures de piste et de route de Kaboul). Il soutient lui aussi une compagnie de combat du bataillon L’installation de ce dernier poste est quasiment achevée, toutes les tentes seront renforcées pour l’arrivée de l’hiver (plancher, doublage contreplaqué des parois) et préserver aussi de la poussière omniprésente sur cette position.

lundi 14 septembre 2009

Les Bigors du 3° RAMA


Les bigors (=nom de tradition de artilleurs des troupes de marine) du 3ème régiment d’artillerie de marine de Canjuers (VAR) membre de la 6ème BLB ont été désignés pour appuyer le 2ème étranger en Afghanistan. Depuis leur arrivée à la fin du mois de juin, ils accompagnent les compagnies dans toutes leurs missions de reconnaissance dans les différentes vallées assurant leur sécurité en cas d’attaque grâce à leur mortier de 120mm et à leur tout nouveau canon CAESAR de 155mm pouvant fournir un appui jusqu’à 40km de leur base.

Parfaitement intégré au sein du bataillon de la légion étrangère, les bigors sont fiers et se tiennent prêt à tout moment à apporter l’appui et l’aide nécessaire à leurs frères d’arme engagés sur le terrain.

mercredi 2 septembre 2009

El Moungar


Le 2 septembre 1903 dans le sud Oranais, 113 légionnaires de la 22e compagnie montée du 2e régiment étranger, combattent pendant plus de 8 heures face à plus de 400 dissidents marocains. Les 36 tués et les 47 blessés sont le témoignage de leur exemplaire et héroïque conduite.

Le 2 septembre est devenu la fête traditionnelle du 2e régiment étranger d’infanterie, ce jour là, toutes les compagnies, où qu’elles soient, se regroupent pour assister à la lecture du récit du combat.

Chaque année, avant la prise d’armes, le régiment organise un grand challenge sportif ou les compagnies s’affrontent pour remporter le trophée d’El Moungar. Ce challenge se clôture par un grand cross et la remise des prix au quartier colonel de Chabrières.