c

BIENVENU SUR LE BLOG DE L'ASSOCIATION DES TITULAIRES DU TITRE DE LA RECONNAISSANCE DE LA NATION ET DU CIVISME ET DÉVOUEMENT SECTION SUISSE.
« Personne n'est assez fou pour préférer la guerre à la paix : dans la paix, les fils ensevelissent leur père ; dans la guerre, les pères ensevelissent leurs fils. » Hérodote



vendredi 25 septembre 2009

Rafale : l'hypothèse de la collision "la plus probable"



L'hypothèse "la plus probable" pour expliquer le crash de deux Rafale de la Marine nationale en Méditerranée hier est "une collision en vol", a indiqué aujourd'hui le Sirpa-Marine.

"Le pilote repêché a raconté ce qu'il a vécu et l'hypothèse la plus probable est celle d'une collision en vol", a déclaré le capitaine de frégate Bertrand Bonneau, du Service d'information et de relations publiques de la marine (Sirpa-Marine). Selon lui, les deux appareils se trouvaient encore à une soixantaine de kilomètres du porte-avions Charles de Gaulle, qu'ils s'apprêtaient à regagner, lorsqu'ils se sont abîmés en mer à 18h09 précises.

Les recherches se poursuivaient ce matin pour tenter de retrouver le second pilote, toujours porté disparu, le ministre de la Défense Hervé Morin étant attendu sur place dans la matinée. Selon le Sirpa-Marine, le pilote porté disparu totalise 5.000 heures de vol et est âgé de 45 ans, l'autre pilote, qui s'était éjecté et a pu être repêché "sain et sauf", ayant effectué 3.000 heures de vol à 40 ans.

Le Sirpa Marine a précisé dans un communiqué que "les moyens aériens et nautiques se sont relayés toute la nuit" pour poursuivre les recherches. Il s'agit de la frégate Courbet, d'une vedette de la gendarmerie maritime, de trois hélicoptères Dauphin de la Marine nationale et d'un hélicoptère Ecureuil de la gendarmerie nationale. En outre, "le remorqueur Abeille Flandres se dirige actuellement vers la zone de recherche avec à son bord du matériel de recherches sous-marines pour localiser les épaves des avions".