c

BIENVENU SUR LE BLOG DE L'ASSOCIATION DES TITULAIRES DU TITRE DE LA RECONNAISSANCE DE LA NATION ET DU CIVISME ET DÉVOUEMENT SECTION SUISSE.
« Personne n'est assez fou pour préférer la guerre à la paix : dans la paix, les fils ensevelissent leur père ; dans la guerre, les pères ensevelissent leurs fils. » Hérodote



vendredi 18 décembre 2009

Drapeau de la France outragé, honneur bafoué, non-assistance à pays en danger



Le drapeau de la France, tricolore, bleu, blanc, rouge, est l’emblème national de notre pays depuis deux siècles.

Au cri de Liberté, Egalité, Fraternité...
France, soit fière des couleurs de ton drapeau tricolore !
Ses trois couleurs sont celles de la liberté, conquise le 14 juillet 1789, qui reprennent en fait, les couleurs que l'on trouvait sur les drapeaux et pavillons royaux. Il est devenu le pavillon officiel de la France depuis 1794, et le drapeau officiel des armées depuis 1812.

Le drapeau est protégé par l’article 2 de la Constitution française de 1958.

L'année 2009 marque une brutale dégradation dans le respect que tous doivent au drapeau de la France.

Depuis plusieurs mois, nous assistons à une véritable campagne de destruction de notre symbole national le plus noble, exécutée par des personnes d'origine étrangère, et orchestrée dans l'ombre par les tenants d'un fanatisme religieux moyen-âgeux, porteur de tous les dangers, dont le prosélytisme est toléré, favorisé, parfois même encouragé par certains élus inconscients.

A Marseille, à Toulouse, et même à Paris, on voit le drapeau de la France retiré des frontons, foulé aux pieds, et remplacé par le drapeau algérien sans que les autorités chargées d'assurer l'ordre républicain, ne s'en émeuvent particulièrement, choisissant de laisser commettre outrages et saccages, sans manifester d'état d'âme, et sans qu'aucun moyen coercitif ne soit mis en oeuvre pour y mettre un terme. Ces "autorités" ne veulent y voir que des phénomènes anodins, voire "festifs". !

Tant des nôtres sont morts sur les champs de bataille pour ce drapeau et ce qu'il représente! Comment peut-on accepter de telles profanations? Comment nos autorités de police, nos préfets, notre gouvernement, nos députés, peuvent-ils laisser salir à ce point notre plus beau symbole, sans qu'aucune réaction officielle forte ne soit exprimée, sans qu'aucune sanction sérieuse ne soit prise devant ces crimes, car il s'agit bien ici de véritables crimes que l'on commet contre notre nation, son esprit et ses valeurs.

La France profonde pleure et hurle devant tant d'humiliations, devant son drapeau outragé, devant son honneur bafoué ! La colère monte, jour après jour ! Et derrière elle, hélas, le désir de vengeance, le racisme, l'ostracisme, l'intolérance, et leur cortège de ségrégations, de divisions, et pour finir, la haine.

La bête immonde d'André Malraux ne meurt jamais !
Jusqu'à quel niveau d'abaissement, d'avilissement, devrons nous descendre avant que le pouvoir prenne enfin la véritable mesure du fléau qui attend la France, si elle continue à se complaire dans ce lâche attentisme, qui ne peut qu'aboutir à la disparition de notre République dans un chaos sans précédent fait de douleur, de larmes et de sang ! La "bête immonde" dont parlait André Malraux ne meurt jamais ; il faut constamment la combattre, mais ne pas se tromper sur son identité, comme beaucoup l'ont fait depuis plus de trente ans dans notre pays.

Vous tous qui avez reçu vos pouvoirs du suffrage universel, vous tous qui détenez ou avez détenu à des degrés divers, l'autorité que vous a déléguée le peuple français, vous les journalistes qui avez pour mission d'éclairer l'opinion publique, vous tous qui avez la possibilité d'endiguer cette marée barbare et destructrice, si vous n'en faites rien, vous serez responsables, et aussi coupables, de non-assistance à pays en danger.

Soyez en garde ! Relisez l'Histoire de France et les aboutissements toujours tragiques de la lâcheté érigée en système ! Ayez enfin conscience de l'ère de misère et parfois de malheur, dans laquelle beaucoup des nôtres parmi les plus démunis et les plus faibles sont, hélas, déjà entrés dans ce que l'on appelle "les quartiers défavorisés" et qui sont en fait des zones d'immigration incontrôlée où règne la loi des bandes et d'où s'enfuient tous les habitants qui en ont les moyens, y compris les immigrés honnêtes et travailleurs venus en France dans l'espoir d'y trouver une vie meilleure en adoptant nos valeurs ! Prenez vos responsabilités et protégez-les ! Que ce soit sur le plan législatif, réglementaire ou administratif, vous devez décider et imposer sans délai les mesures fortes et exemplaires que notre pays attend de vous ! Il y va désormais de notre survie en tant que Nation française.

Une culture ne meurt que de sa propre faiblesse. André Malraux