c

BIENVENU SUR LE BLOG DE L'ASSOCIATION DES TITULAIRES DU TITRE DE LA RECONNAISSANCE DE LA NATION ET DU CIVISME ET DÉVOUEMENT SECTION SUISSE.
« Personne n'est assez fou pour préférer la guerre à la paix : dans la paix, les fils ensevelissent leur père ; dans la guerre, les pères ensevelissent leurs fils. » Hérodote



vendredi 25 juin 2010

Cérémonie de dissolution de la base aérienne de Colmar-Meyenheim


C’est une page qui s’est tournée le mercredi 16 juin 2010. Le général Jean-Paul Paloméros, chef d’état-major de l’armée de l’air, a présidé la cérémonie de dissolution de la base aérienne 132 «Commandant René Pépin» de Colmar-Meyenheim, en présence du préfet du Haut-Rhin, M Pierre-André Peyvel. De nombreuses personnalités civiles et militaires ainsi que d’anciens commandants de la base étaient réunis pour l’occasion autour du colonel David Pincet, actuel commandant de base. Également présent, le général Hugues Hendel, commandant les forces aériennes, qui a procédé à la dissolution et à la remise du fanion de l’escadron de protection 1G.132.
Après la revue des troupes, le général Paloméros a remis des décorations à quatre aviateurs. L’adjudant-chef Christian Friedrich, l’adjudant-chef Dany Petit et l’adjudant-chef Charles Brichèse se sont vus conférer la Médaille militaire. Quant au capitaine Christophe Feugère, il s’est vu décerner la Médaille d’or de la Défense nationale, avec étoile de bronze et citation.
Après 59 années de présence sur le sol alsacien, la base aérienne 132 de Colmar fermera définitivement ses portes le 30 juin 2010. La clôture sera compensée en partie par l’arrivée du régiment de marche du Tchad (RMT) de l’armée de terre, actuellement stationné à Noyon (Picardie). «Malgré son jeune âge, la base aérienne 132 a eu une histoire riche et la particularité d’avoir été la seule à mettre en œuvre les F-86K, puis en 1977, les Mirage V-F», souligne le communiqué de presse.
La réorganisation de la base a débuté, dès l’été 2008, par la fusion de deux unités de chasse : le groupe de chasse 1/30 «Alsace» et le régiment de chasse 2/30 «Normandie-Niémen». Le départ du dernier Mirage F1 et la fermeture de la piste, en juillet 2009, ont marqué la fin des activités aériennes de la base. Les avions (Mirage F1 CT et F1 B) ainsi que le simulateur de vol sont transférés sur la base de Reims.
La stèle du Mirage IIIC, installé au centre du site, ainsi que la dérive de Mirage F1, placé à proximité du rond-point à l’entrée du village, perdureront le souvenir des aviateurs sur ce site. Un musée, créé l’année dernière, par l’association des anciens, vise à faire vivre les traditions de l’armée de l’air en Alsace.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire