c

BIENVENU SUR LE BLOG DE L'ASSOCIATION DES TITULAIRES DU TITRE DE LA RECONNAISSANCE DE LA NATION ET DU CIVISME ET DÉVOUEMENT SECTION SUISSE.
« Personne n'est assez fou pour préférer la guerre à la paix : dans la paix, les fils ensevelissent leur père ; dans la guerre, les pères ensevelissent leurs fils. » Hérodote



mardi 22 juin 2010

Décès du général Marcel Bigeard

Le général Marcel Bigeard est décédé vendredi 18 juin 2010 à son domicile de Toul, à l'âge de 94 ans, le jour anniversaire de l’Appel du général de Gaulle.
 
Le général Bigeard en compagnie du général Irastorza et du colonel Kempf.
Le général Bigeard en compagnie du général Irastorza et du colonel Kempf. (Crédits : brigadier-chef Jointre)
Une des personnalités les plus décorées de France, le général Marcel Bigeard était un héros des guerres d’Indochine et d’Algérie. Parachuté sur Diên Biên Phu, trois fois évadé, il fut cinq fois blessé, il était titulaire de 24 citations individuelles (voir extraits en bas de page).
Retiré dans sa maison de Toul en Lorraine, le général avait récemment publié son dernier et seizième ouvrage : « Mon dernier Round », aux éditions du Rocher.
« Bien plus qu’un chef, le général Bigeard, est un meneur d’hommes. (…) Mon général, sachez que l’amour passionné et jaloux de votre chère France, que vous laissez en héritage, sera précieusement transmis. » a déclaré Monsieur Hervé Morin, ministre de la Défense dès l’annonce de son décès.
Monsieur Hubert Falco, secrétaire d’État à la Défense et aux anciens combattants a rappelé : « Le général Bigeard nous laisse une légende, il nous laisse sa devise "croire et durer".Ces valeurs s’ajoutent à notre mémoire, elles viennent enrichir la mémoire collective. »
L’armée de Terre présente ses sincères condoléances à l’épouse et aux proches du général, ainsi qu’à ses compagnons d’armes.
Extraits de citations
> Citation à l’ordre du 123e RI en date du 1er mai 1940
« Jeune sous-officier plein d’entrain et de valeur volontaire pour toutes les missions périlleuses, a fait preuve au cours d’une reconnaissance profonde en territoire ennemi de courage et de sang-froid dans un terrain hérissé de difficultés et sous les feux de l’ennemi. »
> Citation à l’ordre du 79e RIF en date du 1er juin 1940
« Sous-officier volontaire pour toutes les missions dangereuses au cours d’une reconnaissance en territoire ennemi, a pris spontanément le commandement d’une patrouille pour aller chercher le corps d’un camarade tué dans les lignes ennemies. »
>Citation à l’ordre du 79e RIF en date du 5 juin 1940
« Jeune sous-officier volontaire pour une mission dangereuse a traversé les lignes ennemies et a réussi à rejoindre son régiment 48 heures après ».
> Citation à l’ordre de la division en date du 27 septembre 1944
« Commandant Marcel BIGEARD, parachuté le 8 août 1944, dans l’Ariège comme chef d’une mission alliée, n’a cessé de prendre une part active dans les combats qui ont amené la libération de ce département. […] Le commandant BIGEARD, sous le pseudo de MARCEL, est devenu pendant les journées de libération de l’Ariège, un héros légendaire dont le renom a dépassé les frontières du département. »
> Recommandation for the military cross (23 septembre 1944)
Commandant Marcel BIGEARD (nom de guerre AUBE)
« Aidé du chef de maquis espagnol et du major CRYPTE, le commandant BIGEARD a commandé toutes les opérations militaires du département de l’Ariège.[…] Ce qui menaçait de devenir un complet désastre est ainsi devenu un succès ; 1220 prisonniers allemands, 3 canon tractés, 80 camions, 220 Allemands tués et 120 blessés. Par son courage, son énergie et son esprit d’initiative, le commandant Bigeard a donné un merveilleux exemple à ses hommes et a permis la victoire d’un maquis très réduit sur des forces allemandes très supérieures en nombre au cours d’une bataille acharnée. »
> Citation à l’ordre de l’armée obtenue à Tu Lê 
« Officier supérieur au passé prestigieux. Chef de guerre de grande classe, vient une fois de plus par l’étendue de ses connaissances militaires et par son courage personnel de s’imposer à tous, communiquant à ses hommes la foi qui l’anime et obtenant de son unité un rendement exceptionnel. Parachuté à Tu Lê (pays thaï) le 16 octobre 1952 en vue de tenir Tu Lê et de prendre liaison avec Gia Hoï a parfaitement rempli sa mission. Durement contre-attaqué dès le 20 octobre par un adversaire très supérieur en nombre, a tenu tête avec opiniâtreté puis, entamant une audacieuse manœuvre à travers un terrain particulièrement chaotique a réussi à dégager ses troues encerclées, luttant pied à pied avec les rebelles et leur infligeant des pertes très sérieuses. Par son énergie et son emprise sur le bataillon qu’il a formé en France, instruit et mené au combat, a su maintenir très haut le moral de ses hommes et leur a permis d’accomplir un exploit qui s’inscrit dans les plus belles traditions françaises. »
Pour son action lors des combats de Tu Lê, le bataillon est cité à l’ordre de l’armée et le commandant Bigeard reçoit la cravate de commandeur de la Légion d’Honneur.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire