c

BIENVENU SUR LE BLOG DE L'ASSOCIATION DES TITULAIRES DU TITRE DE LA RECONNAISSANCE DE LA NATION ET DU CIVISME ET DÉVOUEMENT SECTION SUISSE.
« Personne n'est assez fou pour préférer la guerre à la paix : dans la paix, les fils ensevelissent leur père ; dans la guerre, les pères ensevelissent leurs fils. » Hérodote



vendredi 13 août 2010

AQMI annonce avoir exécuté l'otage français, l'Elysée confirme sa mort

"Nous annonçons avoir exécuté l'otage français dénommé Michel Germaneau samedi 24 juillet pour venger nos six frères tués dans la lâche opération de la France", aux côtés des forces mauritaniennes contre une unité d'Al-Qaïda, a déclaré le chef d'Al Qaida au Maghreb islamique (AQMI), Abou Moussab AbdelWadoud, dans cet enregistrement diffusé dimanche soir par la chaine al-Jezira. "Sarkozy a été incapable de libérer son compatriote au cours son opération manquée mais il a sans aucun doute ouvert l'une des portes de l'enfer pour lui, son peuple et sa nation", ajoute Abdoul Wahoud.
Le président de la République, qui a condamné cet "acte barbare et odieux" a confimé qu'ils ont assassiné de sang-froid une personne de 78 ans malade, à qui ils avaient refusé de faire parvenir les médicaments dont elle avait besoin (...) Depuis le 12 juillet, [Michel Germaneau] était sous le coup d'un ultimatum qui n'était que l'annonce d'un assassiant planifié. (...) Il était condamné à une mort certaine." L'opération militaire de jeudi visait à "tenter de l'arracher à ses geôliers". Ce "crime ne restera pas impuni" a promis le président.
Le chef de l'Etat a fait cette déclaration à l'issue d'un conseil restreint de défense et de sécurité.
Un élu du nord du Mali a affirmé à l'AFP, de manière anonyme, que "le Français a été décapité sous les yeux" d' Abdelhamid Abou Zeid. "Il était bien vivant lors du raid, mais caché dans une zone montagneuse dans la région de Kidal, vers la frontière avec l'Algérie. L'endroit est une forteresse imprenable, où les islamistes ont posé des mines et construit des abris pour se protéger de toute attaque aérienne", a ajouté l'élu.
Cette annonce d'AQMI appelle plusieurs remarques :
- AQMI ne fournit aucune preuve à l'appui de ces déclarations, comme elle l'avait faite en juin 2009 dans le cas de l'otage britannique Edwin Dyer, dont le corps n'a jamais été retrouvé. Ni preuve de vie, ni preuve de mort : le procédé est, pour l'instant, le même.
- Rien ne prouve que l'otage français n'était pas déjà mort, du fait de ses problèmes cardiaques. Enlevé le 19 (ou le22, selon AQMI) il n'avait plus d'anticoagulants depuis sans doute quelques semaines. Ses ravisseurs avaient refusé toute médiation médicale. Annoncer son éxécution, en l'absence de preuve, peut être une opération de communication.
- AQMI confirme la perte de six hommes lors de l'opération franco-mauritanienne et la destruction d'une de ses bases secrètes. AQMI n'a pu mener l'opération planifiée contre la Mauritanie. Cette perte de six hommes est à rapportée aux effectifs totaux d'AQMI, de l'ordre de 400. La katiba concernée comprendrait environ 140 hommes.
- Face à AQMI, la ligne dure semble l'avoir emportée comme le souhaitent l'Algérie et la Mauritanie.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire