c

BIENVENU SUR LE BLOG DE L'ASSOCIATION DES TITULAIRES DU TITRE DE LA RECONNAISSANCE DE LA NATION ET DU CIVISME ET DÉVOUEMENT SECTION SUISSE.
« Personne n'est assez fou pour préférer la guerre à la paix : dans la paix, les fils ensevelissent leur père ; dans la guerre, les pères ensevelissent leurs fils. » Hérodote



mardi 17 août 2010

Un marin français à la tête des opérations de la force Atalante

A partir du 14 août prochain, le contre-amiral Philippe Coindreau, actuellement adjoint au commandant de la force aéromaritime française de réaction rapide, va prendre la tête du Force Headquarter (FHQ) de la force de l’Union européenne Atalante, déployée dans le golfe d’Aden afin de lutter contre la piraterie. Il succèdera ainsi au Rear Admiral suédois Jan Thörnqvist.
La responsabilité qui revient au contre-amiral Coindreau sera donc de coordonner l’ensemble des moyens navals et aériens de la force Atalante, soit une dizaine de navires et des avions de patrouille maritime. Il exercera son commandement à partir de la frégate De Grasse, qui a appareillé de Brest le 26 juillet dernier pour rallier dans un premier temps Toulon afin d’embarquer l’état-major français puis le large de la Somalie.
Issu de la promotion 1979 de l’Ecole navale, le contre-amiral Coindreau a commencé sa carrière opérationnelle au sein de la flotille 21F de Nîmes-Garons en qualité de pilote de Bréguet Atlantic, un avion de patrouille maritime. L’officier connaît bien la région où est déployée la mission Atalante puisqu’il a été affecté à Djibouti en 1987 où il a pris part à l’opération Promethee visant à assurer le trafic maritime dans le golfe d’Oman après l’attaque d’un navire français par des gardiens de la révolution iraniens.
Après avoir participé à l’opération Epervier au Tchad et été instructeur à bord de la Jeanne d’Arc, il rejoint la flotille 23F à Lann-Bihoué, laquelle s’apprête à mettre en oeuvre l’Atlantique 2. Il retourne ensuite à Nîmes-Garons, en 1993, au sein de la cellule Entraînement de la patrouille maritime, chargé d’évaluer le niveau de préparation des équipages.
Stagiaire du Collége interarmées de Défense (CID) en 1994, il est affecté l’année d’après à la cellule de crise pour l’ex-Yougoslavie au sein du Centre opérationnel interarmées de l’Etat-major des armées (EMA).
Après avoir commandé la flotille 23F (1996-1998), l’officier rejoint l’état-major tactique de l’amiral commandant la Force d’action navale. C’est ainsi qu’il participe, au profit du Kosovo, à l’opération Trident en 1999, à bord du porte-avions Foch.
Nommé commandant de la frégate furtive Surcouf en 2001, il prend part aux opérations Corymbe (golfe de Guinée) et Heracles, au large des côtes pakistanaises. Chef de Division conduite des forces aéronavales au sein de l’état-major du commandant de la zone maritime Méditerranée en 2002, puis commandant la base de Lann-Bihoué, l’officier suit la 58e session de l’Institut des Hautes Etudes de la Défense Nationale (IHEDN) à partir de septembre 2005, avant d’être nommé, en 2006, chef de cabinet du Secrétaire général pour l’administration du ministère de la Défense.
Promu contre-amiral en septembre 2009, il retrouve Toulon en devenant l’adjoint au commandant de la force aéromaritime française de réaction rapide. Cette année, il a notamment commandé le Task Group 1 (PAN Charles de Gaulles, frégate Forbin) lors de l’exercice Brilliant Mariner de l’Otan, en avril dernier.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire