c

BIENVENU SUR LE BLOG DE L'ASSOCIATION DES TITULAIRES DU TITRE DE LA RECONNAISSANCE DE LA NATION ET DU CIVISME ET DÉVOUEMENT SECTION SUISSE.
« Personne n'est assez fou pour préférer la guerre à la paix : dans la paix, les fils ensevelissent leur père ; dans la guerre, les pères ensevelissent leurs fils. » Hérodote



jeudi 16 septembre 2010

Algérie : Wilaya de Tizi Ouzou, quelle stratégie pour éliminer les maquis terroristes ?

Les hautes instances politiques continuent de rassurer quant à la poursuite de la lutte antiterroriste, et les forces de l’ANP ne cessent pas de multiplier les opérations dans les maquis de Kabylie où est concentré le gros de l’activité des islamistes armés, mais le citoyen de la région doute toujours et c’est légitime, tant des mouvements et des attaques terroristes contre les services de sécurité et les civils, continuent à être enregistrés, toujours à un rythme inquiétant.
Rien que durant ces dix derniers jours, la wilaya de Tizi Ouzou a enregistré quatre actes terroristes dont le plus retentissant était l’attentat kamikaze à la voiture piégée qui a été perpétré le 25 juillet dernier contre le siège de la brigade de gendarmerie du chef-lieu communal d’Aït-Aïssi. L’attentat en question a fait un civil tué et dix membres des services de sécurité grièvement blessés ainsi que des dégâts matériels très importants puisqu’en plus du siège de la gendarmerie, celui de l’APC ainsi que les immeubles voisins ont été littéralement soufflés.
C’était là, faut-il le rappeler, le troisième attentat kamikaze que venait d’enregistrer la wilaya de Tizi Ouzou depuis 2008, année durant laquelle le siège de la direction régionale des Renseignements généraux, situé en plein centre-ville de Tizi Ouzou, a été pulvérisé par un attentat suicide à la voiture piégée, suivi, quelques mois plus tard, par le campement de la Garde Communale qui a été, lui aussi, soufflé par un autre attentat kamikaze à la ceinture explosive.
Au lendemain de l’attentat d’Aït-Aïssi, un militaire a été grièvement blessé par l’explosion d’une bombe artisanale dans le massif de Mizrana, à 40 kilomètres au nord de la ville de Tizi Ouzou. Dans la même journée, un fourgon de transport de détenus, probablement des terroristes, a été attaqué et deux gardiens de prison à bord ont été blessés sur la route d’Aït-Yahia Moussa, à environ 30 kilomètres au sud de la même ville de Tizi Ouzou.
Avant-hier, dimanche, un accrochage a été enregistré entre les forces de l’ANP et un important groupe terroriste à Mizrana. Bilan : un terroriste abattu et un militaire blessé. La veille, deux bombes artisanales ont explosé, mais sans faire de victimes, près du village Atouri, dans la même commune de Mizrana. L’armée est constamment à pied d’œuvre pour nettoyer les maquis mais les groupes terroristes y opposent toujours une résistance farouche.
C’est dans ce contexte de recrudescence du terrorisme dans la région, à quelques jours du mois de Ramadhan, que le commandant de la 1re Région militaire, le général Abdelkader Bouzakhroufa, s’est déplacé dans la wilaya de Tizi Ouzou. Rien n’a officiellement filtré de cette visite, sans doute la plus discrète d’un haut responsable de l’ANP dans la région, mais il est clair qu’elle serait liée à la situation sécuritaire qui ne cesse de se dégrader dans cette région déjà lourdement affectée par l’activité terroriste qui fait, chaque jour qui passe, des victimes au sein des services de sécurité qui sont particulièrement ciblés par les attentats aux bombes souvent enfouies sous terre à leurs passages, et des victimes parmi la population civile livrée aux kidnappings et aux champs de mines antipersonnel abandonnées çà et là aux abords des maquis.
Il est vrai que les offensives des forces de l’ANP, pour lesquelles, d’ailleurs, des moyens colossaux sont mobilisés, sont de plus en plus nombreuses et leurs résultats sont appréciables si l’on mesure au nombre de terroristes et surtout d’“émirs” éliminés durant ces deux dernières années, mais, toujours est-il, que le terrorisme n’est toujours pas éradiqué dans la région et la population continue de vivre dans la psychose.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire