c

BIENVENU SUR LE BLOG DE L'ASSOCIATION DES TITULAIRES DU TITRE DE LA RECONNAISSANCE DE LA NATION ET DU CIVISME ET DÉVOUEMENT SECTION SUISSE.
« Personne n'est assez fou pour préférer la guerre à la paix : dans la paix, les fils ensevelissent leur père ; dans la guerre, les pères ensevelissent leurs fils. » Hérodote



mercredi 29 septembre 2010

La grande offensive sur Kandahar est lancée

Annoncée pour le printemps dernier, puis finalement reportée, la grande offensive sur Kandahar, menées par les forces afghanes, associées à celles de la Force internationale d’assistance à la sécurité (ISAF), a commencé le 25 septembre.
Appelée « Frappe du Dragon » (Dragon Strike), elle est en fait la continuation de l’opération « Hamkari », qui a commencé au printemps dernier avec l’arrivée de 30.000 militaires américains en renfort. Cette offensive plus précisement les districts de Zhari, Panjwayi et Arghandab, trois bastions situés dans les environs de la ville de Kandahar.
Le général britannique Nick Carter, le commandant de l’Otan pour le sud de l’Afghanistan, avait indiqué, au début du mois, que l’opération allait mobiliser 30.000 soldats de l’Otan et de l’armée nationale afghane et que son objectif était de chasser les insurgés autour de Kandahar.
L’opération Frappe du Dragon doit se dérouler en 4 phases. En premier lieu, ce sont les forces spéciales qui sont mises à contribution. Leur rôle est de guider les frappes aériennes le plus précisément possible et de capturer les chefs taliban localisés grâce à un patient travail de renseignement, d’origine humaine et électronique (surveillances des communications, par exemple). Une fois faits prisonniers, ces responsables insurgés seront ensuite transférés à la base aérienne de Bagram pour y être interrogés.
La deuxième partie de l’opération prévoit l’intervention des forces conventionnelles mixtes (Otan et ANA). Ces dernières seront chargées de ratisser le secteur et de réduire les poches de résistance. Ce sera sans doute la phase la plus délicate de l’opération, car, même si la puissance de feu est du côté de la coalition, il n’en reste pas moins qu’elle sera dangereuse, notamment en raison des engins explosifs improvisés que les insurgés de manqueront pas de disséminer.
Ensuite, le autorités officielles afghanes auront à s’installer dans la région et mettre en place les services administratifs. Pour cela, 900 policiers afghans seront déployés. Enfin, la dernière phase sera portée sur le développement de la région, avec l’ouverture d’écoles, la mise en train de travaux publics et le forage de puits. Il s’agit là de tenter de gagner « les coeurs et les esprits » des populations locales, à majorité pachtoune. Et c’est aussi la pierre angulaire de la stratégie de contre-insurrection puisqu’il importe de couper les insurgés des civils.
Selon le général afghan Abdul Hamid, « Frappe du Dragon » pourrait durer au moins pendant deux mois, ce qui rejoint la limite fixée par le général Carter, qui avait parlé de la fin novembre. L’issue de cette opération devrait probablement être connu lors du prochain sommet de l’Otan, à Lisbonne, où il sera beaucoup question de l’Afghanistan. En fonction des résultats obtenus, le président Obama réévaluera la politique américaine dans la région en décembre.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire