c

BIENVENU SUR LE BLOG DE L'ASSOCIATION DES TITULAIRES DU TITRE DE LA RECONNAISSANCE DE LA NATION ET DU CIVISME ET DÉVOUEMENT SECTION SUISSE.
« Personne n'est assez fou pour préférer la guerre à la paix : dans la paix, les fils ensevelissent leur père ; dans la guerre, les pères ensevelissent leurs fils. » Hérodote



jeudi 30 septembre 2010

Menaces terroristes sur l’Europe

Cela n’aura pas échappé à celles et ceux qui suivent attentivement l’actualité pakistanaise. Depuis quelques semaines, les raids ciblés menés par les drones de la CIA contre les militants islamistes réfugiés dans les zones tribales pakistanaises ont été multipliés, au point d’être quasiment quotidiens.
Rien qu’en septembre, au moins frappes aériennes ont été réalisées dans ces bastions de l’insurrection talibane, où se retrouvent les rebelles afghans qui en ont fait une base arrière pour leurs opérations contre l’Otan et les responsables d’al-Qaïda et de groupes terroristes qui lui sont liés.
Le Wall Street Journal en a donné la raison. « Dans un effort de déjouer un complot terroriste présumé visant des cibles européennes, la CIA a intensifié ses tirs de missiles visant les insurgés islamistes dans les zones tribales pakistanaises » écrit le quotidien économique, qui cite des responsables américains.
Pour autant, le journal n’a pas précisé la nature exacte de ce complot terroriste et a seulement indiqué qu’il visait la France, l’Allemagne et la Grande-Bretagne. Est-ce en rapport avec ce complot ou non, toujours est-il que la chaîne de télévision britannique Sky News a évoqué l’existence d’un vaste projet d’attentats ciblant justement ces trois pays européens
En effet, selon les révélations de cette dernière, fondées sur des informations provenant de services de renseignement, des attaques simultanées, à l’image de celles qui avaient ensanglanté Bombay, en novembre 2008, et visant Londres ainsi que de grandes villes françaises et allemandes.
Ces attentats auraient été planifiés depuis les zones tribales pakistanaises par des activistes ayant « un lien avec al-Qaïda et possiblement les taliban ». Ce complot aurait été déjoué, d’après Sky News, grâce à la collaboration des centrales de renseignement américaines, françaises, britanniques et allemandes et surtout après l’arrestation, à la fin de l’été, d’un ressortissant allemand, actuellement détenu à la base de Bagram en Afghanistan. Pour la chaîne de télévision ABC, l’interrogatoire de ce dernier aurait ainsi permis de découvrir l’existence du complot et les cibles visées, « économiques » et « faciles ».
Cela étant, l’AFP a relayé une information selon laquelle les services de renseignements français n’avaient pas été mis au courant de ce projet d’attentats.
Ainsi, l’une des deux sources cités par l’agence de presse, par ailleurs appartenant à un service de renseignement, a déclaré, sous couvert de l’anonymat, n’être « pas du tout au courant » de complot terroriste. Une version confirmée par une autre source gouvernementale française, également proche de la communauté du renseignement.
Pourtant, Paris a plusieurs fois mis en garde contre l’imminence d’une attaque terroriste en France. Au cours du mois de septembre, le patron de la DCRI, Bernard Squarcini, a indiqué au moins à deux reprises, dans les colonnes du Journal du Dimanche et du Monde, que la menace d’un attentat sur le territoire franças n’avait « jamais été aussi grande », que « tous les clignotants sont au rouge » et que « la France est sous le coup d’une menace terroriste majeure ».
Seulement, ces risques d’attentats, évoqués par les responsables de la sécurité et le gouvernement français, ne portaient pas sur le complot évoqué par Sky News. En effet, les menaces qui pèsent sur la France viennent principalement d’al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI), dont l’objectif est de perpétrer des attaques sur le sol français et qui a pris en otage 5 ressortissants français au Niger, ainsi que de jeunes volontaires européens partis dans les zones tribales pakistanaises et qui sont récemment revenus sur le Vieux continent.
Cette crainte de voir des attentats réalisés en France a été renforcé par les multiples alertes à la bombe visant notamment la Tour Eiffel, le RER Saint-Michel et la gare Saint-Lazare.
« Cela peut être l’œuvre d’un illuminé, mais c’est quand même un illuminé qui a des références. La campagne d’attentats de 95 avait débuté en juillet. Le mois précédent, le GIA avait publié à la Une de son magazine un dessin de la Tour Eiffel, brisée en deux. A ce moment là, j’étais en fonction, et on se dit forcément qu’il va se passer quelque chose. Le mois d’après, les attentats commençaient avec le RER Saint-Michel…. Ces fausses alertes étaient-elles un message indirect adressé aux autorités françaises pour dire ‘attention’ ? C’est très difficile à savoir » a expliqué à TF1.fr, Louis Caprioli, chef, de 1998 à 2004, de la lutte antiterroriste, à la DST (aujourd’hui, la DCRI) et actuellement conseiller pour l’entreprise de sécurité GEOS.
Par ailleurs, outre la France, l’Allemagne et le Royaume-Uni, d’autres pays sont concernés par la menace terroriste, comme le Danemark et la Norvège. Plus précisément, c’est le journal danois Jyllands-Posten qui est particulièrement visé par les terroristes. La raison est que ce quotidien a publié des caricatures de Mahomet il y a maintenant plus de quatre ans, lesquelles avait provoqué une flambée de violence dans le monde musulman en réaction à ce qui avait été considéré comme un blasphème.
« C’est la deuxième fois en très peu de temps que sont rendus publics des renseignements disant que le Jyllands-Posten a probablement été la cible d’actions terroristes organisées » a déclaré, le 28 septembren Jakob Scharf, le directeur du renseignement de la police danoise, en faisant référence à l’arrestation de trois militants islamistes en Norvège, ainsi qu’à celle d’un homme d’origine tchétchéne, actuellement en détention à Copenhague après avoir provoqué une explosion dans un hôtel, en vue vraisemblablement de commettre un attentat contre le journal.
« Cela illustre naturellement que, parmi les militants islamistes, mener des actions terroristes dirigées contre le Danemark et les symboles liés à l’affaire des caricatures est un objectif prioritaire » a encore estimé Jakob Scharf.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire