c

BIENVENU SUR LE BLOG DE L'ASSOCIATION DES TITULAIRES DU TITRE DE LA RECONNAISSANCE DE LA NATION ET DU CIVISME ET DÉVOUEMENT SECTION SUISSE.
« Personne n'est assez fou pour préférer la guerre à la paix : dans la paix, les fils ensevelissent leur père ; dans la guerre, les pères ensevelissent leurs fils. » Hérodote



lundi 25 janvier 2010

Irak : Les Marines lèvent le camp



Depuis le 23 janvier, le contrôle de la province à majorité sunnite d’al-Anbar, située à une centaine de kilomètres à l’ouest de Bagdad, revient désormais à la 1ere Division blindée de l’US Army.

En effet, cette région était auparavant sous la responsabilité du Corps des Marines, dont la dernière unité qui y était jusque-là déployée s’apprête à rentrer aux Etats-Unis.

Normalement, les derniers « Marines » auront quitté l’Irak après les élections législatives, qui se dérouleront le 7 mars prochain. Actuellement, il reste 140.000 militaires américains dans le pays et si la situation sécuritaire ne connaît pas une brusque aggravation, toutes les troupes de combats devront se replier d’ici au 31 août, conformément au pacte de sécurité signé entre Bagdad et Washington à la fin de l’année 2008.

Au delà de cette date, les Etats-Unis disposeront encore de 50.000 soldats en Irak, qui seront essentiellement affectés à des tâches de formation et de soutien pour le compte de l’armée irakienne. Ensuite, à la fin de l’année 2011, le gouvernement irakien devra assumer seul ses tâches sécuritaires.

Cela étant, le Corps des Marines a payé un lourd tribut à son engagement en Irak, avec près de 25.000 hommes déployés au plus fort des combats. D’ailleurs, la province d’al-Anbar, qui était jusqu’alors sous son autorité, était il y a encore peu un haut lieu de l’insurrection sunnite. Ainsi, ce sont des Marines qui sont intervenus pour reprendre maison par maison la ville de Falouja, alors aux mains des insurgés, en novembre 2004.

Depuis le début de l’opération Iraqi Freedom, déclenchée le 20 mars 2003, certaines unites de Marines ont été déployées à plus de quatre reprises en Irak. Au total, ce corps d’élite fort de 200.000 éléments, qui dispose de ses propres moyens aériens, a perdu 932 hommes au cours de ce conflit, ce qui représente 20% des pertes américaines.