c

BIENVENU SUR LE BLOG DE L'ASSOCIATION DES TITULAIRES DU TITRE DE LA RECONNAISSANCE DE LA NATION ET DU CIVISME ET DÉVOUEMENT SECTION SUISSE.
« Personne n'est assez fou pour préférer la guerre à la paix : dans la paix, les fils ensevelissent leur père ; dans la guerre, les pères ensevelissent leurs fils. » Hérodote



vendredi 17 août 2012

Ca roule écologique pour l'armée suisse... A vélo !

Par le passé, la bicyclette a rendu d’éminents services aux forces armées. Ainsi, pendant la Première Guerre Mondiale, il y avait des compagnies d’infanterie cycliste. De telles unités avaient plusieurs missions : le soutien à la cavalerie, le renseignement, la liaison et même le transport.
Plus tard, lors des guerres d’Indochine et du Vietnam, la bicyclette a été largement employée par la guérilla communiste pour acheminer des charges pouvant atteindre les 180 kg sur les pistes traversant la jungle. Le dernier lauréat du prix Goncourt, Alexis Jenni, y consacre d’ailleurs quelques pages de son roman « L’art français de la guerre ».
De nos jours, les régiments d’infanterie cycliste se font rares. En Europe, l’un des derniers à être resté opérationnel jusqu’en 2003 faisait partie de l’ordre de bataille de l’armée suisse. Cette dernière compterait encore 7.000 bicyclettes à 7 vitesses, achetées en 1993 auprès de l’entreprise Condor.
Mais il est prévu d’en remplacer une partie. En effet, selon le NZZ am Sonntag, l’armée suisse va passer une première commande de 2.800 vélos au prix de 2.500 francs suisses auprès de la société zurichoise Simpel. Le modèle retenu, appelé « vélo 12″, est muni d’un cadre en aluminium, de 8 vitesses ainsi que de freins à disque et pèse 15 kilos.
L’explication donnée pour justifier cet achat est que ces bicyclettes serviront au transport et aux déplacements dans les casernes. Cela étant, cette commande n’est pas du goût de tout le monde en Suisse.
« J’en parlerai en commission…. mais il y a des dépenses plus énormes qui posent problème dans l’armée. D’une manière générale, je constate qu’elle continue de dépenser souvent sans trop savoir pourquoi, que ce soit pour des avions ou des vélos » a déclaré, au quotidien Le Matin, Christian van Singer, un membre de la commission de sécurité du Conseil national, qui, visiblement, n’était pas au courant de cet achat.
Source: Zone Militaire

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire