c

BIENVENU SUR LE BLOG DE L'ASSOCIATION DES TITULAIRES DU TITRE DE LA RECONNAISSANCE DE LA NATION ET DU CIVISME ET DÉVOUEMENT SECTION SUISSE.
« Personne n'est assez fou pour préférer la guerre à la paix : dans la paix, les fils ensevelissent leur père ; dans la guerre, les pères ensevelissent leurs fils. » Hérodote



vendredi 15 mars 2013

Demande de création d’un statut des blessés.


Il n’existe pas de statut des blessés .Mais il existe une confusion sur cette réalité.
Le régime de protection prévu par le code des PMI n’intègre pas la notion de « Maladies professionnelles ».
Ainsi pour prétendre à la reconnaissance d’une maladie contractée en service , ou qui peut survenir après , les militaires sont soumis à l’imputabilité par preuve .
Seules les blessures physiques semblent aujourd’hui réellement prises en compte, tant le pourcentage des autres blessures reste minime. Les dossiers des irradiés de la République illustre ce fait :au 28 septembre 2012 , seuls 7 dossiers faisaient l’objet d’indemnisation sur les 772 dossiers de demandes déposées soit 1%.
Mais voilà qu’une nouvelle blessure semble apparaître .Le PTSD ( Post-Traumatic Stress Disorder) , une blessure invisible due à un traumatisme subi dans le cadre des activités dévolues aux militaires .
Dans un article du monde publié le 23 octobre 2012 rappelait que 400 blessés étaient suivis pour troubles psychiatriques par le service de santé des armées .
Dans l’émission piège à conviction du 5 décembre 2012 , le ministre de la Défense
S’étonnait de ces chiffres qui représentent 1% des militaires engagés , chiffre très inférieur à celui de l’armée allemande 3% ou américaine 20% .
Notre association nationale pense que beaucoup de nos camarades n’ont pas fait la démarche de faire connaître leur PTSD , d’ailleurs comment auraient-ils pu le faire dès lors qu’il n’y a que très peu de temps que ces troubles sont pris en compte.
Il est nécessaire d’avoir rapidement une normalisation d’un statut des blessés basé sur une logique d’assurance (présomption d’imputabilité) .
La prise en compte demain de plusieurs milliers d’anciens combattants et familles s’annonce déjà comme un véritable défi social .

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire