c

BIENVENU SUR LE BLOG DE L'ASSOCIATION DES TITULAIRES DU TITRE DE LA RECONNAISSANCE DE LA NATION ET DU CIVISME ET DÉVOUEMENT SECTION SUISSE.
« Personne n'est assez fou pour préférer la guerre à la paix : dans la paix, les fils ensevelissent leur père ; dans la guerre, les pères ensevelissent leurs fils. » Hérodote



vendredi 22 mars 2013

Encore une première pour le Mamba


L’armée de l’air française a réussi le 6 mars 2013, avec l’armée de terre italienne, pour la
première fois dans une architecture impliquant l’Otan, l’interception d’une cible représentative d’un
missile balistique de théâtre par le système sol-air moyenne portée SAMP, appelé Mamba. Après
environ 300 kilomètres de vol balistique, et avec une vitesse relative d'environ Mach 8 lors de
l'impact, la cible a été détruite par un missile intercepteur ASTER 30.
Le système SAMP était connecté à l’Otan et à
un radar d’alerte via un réseau de liaison de
données L16 représentatif d’un dispositif
opérationnel.
Ce tir d’évaluation technico-opérationnelle a été
réalisé au centre DGA Essais de missiles de
Biscarrosse, conjointement par le quatrième
régiment d’artillerie de Mantoue (Italie) et
l’équipe de marque de défense sol-air du centre
d’expériences aériennes militaires (CEAM) de
Mont-de-Marsan, appuyée par du personnel et
du matériel de la brigade aérienne du contrôle de l'espace (BACE) du commandement des forces
aériennes (CFA) ; plus particulièrement de l’escadron de défense sol-air (EDSA) 12/950
« Tursan » de Mont de Marsan ainsi que du commandement du soutien des forces aériennes
(CSFA).
Ce succès fait suite aux deux tirs réussis en octobre 2010 et novembre 2011 contre le même type
de menace. Il constitue une étape supplémentaire franchie dans la montée en puissance du 110
SAMP au sein de l’armée de l’air et dans la démonstration des capacités du système d’arme et du
personnel qui le servent à pouvoir contrer une menace balistique de théâtre dans un cadre Otan.
Les atouts du SAMP, baptisé Mamba par l’armée de l’air française, sont notamment la défense de
zone à 360°, sa portée, sa puissance de feu, l’agilité du missile, la modularité, la capacité à traiter
simultanément tout type de cibles aériennes modernes, la capacité à s’intégrer dans différentes
chaines de commandement et l’aptitude à protéger des forces déployées grâce à sa mobilité.
Le déploiement du système se poursuit au sein de l’armée de l’air. Après les EDSA de Luxeuil,
Mont de Marsan et Avord, c’est aujourd’hui celui de Saint-Dizier qui reçoit le système SAMP.
L'escadron d’Istres sera, quant à lui, équipé d’ici 2014.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire