c

BIENVENU SUR LE BLOG DE L'ASSOCIATION DES TITULAIRES DU TITRE DE LA RECONNAISSANCE DE LA NATION ET DU CIVISME ET DÉVOUEMENT SECTION SUISSE.
« Personne n'est assez fou pour préférer la guerre à la paix : dans la paix, les fils ensevelissent leur père ; dans la guerre, les pères ensevelissent leurs fils. » Hérodote



samedi 9 mars 2013

L'armée, victime de l'austérité ?


Dans sa quête d'économies, Bercy prévoirait une baisse de 11 % du budget de la défense,
soit près de 50 000 emplois menacés.
Jean-Yves le Drian (ministre de la Défense) et Pierre Moscovici
(ministre de l'Économie). © Sipa / Sipa
Pour tenir ses promesses de campagne de
créer des postes dans l'éducation et dans la
sécurité, François Hollande doit faire des
coupes budgétaires dans ses ministères. Bercy
et le ministère de la Défense vont en effet devoir dégraisser leurs effectifs. Un ministère de la
Défense qui sera le plus mis à contribution.
Près de 50 000 personnes menacées
Selon le blog Secret Défense, plusieurs scénarios sont à l'étude et l'on évoquerait aujourd'hui une
proposition de 28 milliards d'euros présentée par le ministère du Budget en décembre, contre 31,4
milliards prévus en 2013. Cette proposition représente une baisse de 11 % et impliquerait, selon
les armées, une coupe de près de 50 000 personnes dans les effectifs, assure le blog.
"Bercy veut sabrer la défense française"
Un député, membre de la commission de Défense, dénonce : "Certains fonctionnaires de Bercy
ont une obsession : sabrer la défense française et l'industrie qui va avec. En oubliant que la
défense est aussi un investissement qui rapporte, en technologies, en exportations, en emplois,
en influence internationale." Le ton est donné.
En octobre dernier, le chef d'état-major des armées Edouard Guillaud soulevait quand même un
problème : "Depuis 15 ans et la fin de la conscription, l'outil de défense est dimensionné en
moyenne à 32 milliards constants en valeur de 2012." Un niveau de coupe de 11 %, s'il se
confirme, mettrait à mal la thèse de François Hollande et Jean-Yves Le Drian que la défense
participe à l'effort de désendettement "ni plus ni moins" que les autres.
60 % des suppressions totales dans la fonction publique
D'ici à 2015, le ministère de la Défense aura supprimé 54 000 postes, soit 17 % de ses effectifs de
2009 (320 000 personnels), dont 32 000 suppressions sont déjà effectives.
Sur l'année 2012, la défense, avec plus de 7 000 emplois supprimés, représente même 60 % des
suppressions totales dans la fonction publique. Et la tendance à la sursollicitation financière de la
défense se confirme : dans le "surgel" de 2 milliards d'euros, nouvelles économies à consentir en
2013 transmises aux ministères par le Budget, c'est encore la Défense qui est la plus touchée,
avec 384 millions d'euros de crédits gelés.
Avions en triste état
Pour le chef d'état-major des armées Edouard Guillaud, ce "dégraissage" n'arrangerait pas une
armée déjà mise à rude épreuve par l'opération Serval au Mali alors qu'elle sortait à peine du 7
bourbier afghan. "Les cloisons intérieures de certains avions sont dans un triste état ; dans la
coque de certains navires, l'épaisseur du métal n'est plus que d'un centimètre en comptant les
couches de peinture ; le châssis de certains blindés montre des faiblesses", énumérait-il en
octobre 2012. Même si les armées ont vu leurs équipements largement renouvelés ou en passe
de l'être, tels que les Rafale, hélicoptères Tigre et NH90 ou encore les blindés de l'armée de terre.
Limiter les dépenses
Pour éviter des coupes budgétaires trop brutales dans l'armée, la Cour des comptes proposait en
juillet 2012 des économies. Comme limiter "l'encadrement supérieur du ministère" en gérant
mieux les achats, en mutualisant au niveau européen ou encore en diminuant les dépenses qui
ont le moins de lien avec les fonctions opérationnelles.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire