c

BIENVENU SUR LE BLOG DE L'ASSOCIATION DES TITULAIRES DU TITRE DE LA RECONNAISSANCE DE LA NATION ET DU CIVISME ET DÉVOUEMENT SECTION SUISSE.
« Personne n'est assez fou pour préférer la guerre à la paix : dans la paix, les fils ensevelissent leur père ; dans la guerre, les pères ensevelissent leurs fils. » Hérodote



jeudi 21 mars 2013

Les enjeux de la coopération franco-allemande de Défense


En cette année anniversaire du cinquantenaire du traité de l’Élysée entre la France et
l'Allemagne, le général de division Philippe Chalmel, attaché de défense près l'ambassade
de France à Berlin, évoque les enjeux de la coopération franco-allemande de défense.
L’année du cinquantième anniversaire de la signature du Traité de
l’Elysée offre une excellente opportunité de réfléchir aux enjeux de
notre coopération en matière de Défense et de Sécurité avec
l’Allemagne. Ces enjeux ont un passé et un bilan ; ils ont un présent
et des défis ; ils ont un avenir et une responsabilité.
La France et l’Allemagne coopèrent depuis cinquante ans en dépit
des rivalités passées et de différences présentes qu’il est plus fécond de reconnaitre que de nier.
Elles ont en effet non seulement des cultures de Défense et de Sécurité différentes, mais aussi
des perceptions croisées différentes l’une de l’autre.
Il s’agit donc avant tout de bien comprendre ces différences, pour mieux les surmonter, capitaliser
sur les convergences, et surtout les développer. Ainsi, trois grands déterminants doivent être pris
en compte pour la compréhension de la partie allemande. Malgré le changement du contexte
géostratégique, les sociétés politique et militaire allemandes arrivent encore difficilement à voir la
Bundeswehr autrement que comme la pièce d’un puzzle global, celui de l’OTAN. Ensuite, le poids
du Parlement est très important dans la détermination de la politique de Défense et de Sécurité,
de ses moyens et surtout dans le contrôle de son exécution. En découle donc un processus de
prise de décision forcément plus lent qu’en France, caractéristique renforcée par un système
politique basé sur le consensus et l’indépendance des ministères.29
Pourtant, des évolutions importantes ont lieu en Allemagne. Il
n’était plus possible en effet pour elle de gérer la distorsion
entre la réalité de sa puissance économique et financière, et
l’image qu’elle souhaitait projeter à l’intérieur, comme à
l’extérieur, marquée par une très forte culture de la retenue dans
l’action extérieure. Ainsi le thème de Défense, longtemps
relégué au second plan, est revenu sur le devant de la scène
politique. Les concepts d’intérêt national et de responsabilité
internationale ont fait leur entrée dans le débat public,
notamment après la crise libyenne, le refus de participation aux
opérations de la coalition ayant entraîné un vrai traumatisme au
sein de la classe politique outre-Rhin. Parallèlement, une vaste
réforme de rationalisation des processus de fonctionnement du
ministère a été initiée en 2011. Si l’une des mesures les plus
symboliques de la réforme a été la suspension du service militaire, en juillet 2011, elle a aussi eu
pour conséquence de profonds bouleversements de structures, encore en cours à ce jour,
remaniant notamment l’administration centrale autour de deux secrétariats d’Etat : politique
/opérations et logistique/soutien.
De nombreuses voix commencent à s’élever pour que cette réforme, essentiellement de
structures et de procédures, soit accompagnée d’une remise à plat profonde de la politique
nationale de Défense et de sécurité. Aujourd’hui, la société allemande est en effet face à un
carrefour d’avenirs en ce domaine, en raison des récentes évolutions des contextes politiques et
stratégiques, mais également économiques et budgétaires. Quel rôle la France peut-elle jouer
dans l’accompagnement de cette mutation ?
En premier lieu, il est essentiel de lever les doutes et les incompréhensions sur chaque rive du
Rhin. Par exemple, il convient de bien faire comprendre que le développement des coopérations
bilatérales, telle la coopération franco-britannique, ne se fait pas au détriment de la relation francoallemande, en raison du caractère non-exclusif de celles-ci. Par ailleurs, il convient également de
bien prendre en compte les différences structurelles, qu’elles soient d’origine historique,
géographique, juridiques et culturelles, se traduisant notamment par le rapport au temps, déjà
évoqué, bien différent dans le processus de prise de décision.
Cette recherche de la compréhension de l’autre est facilitée par de très nombreux échanges
réguliers à tous les niveaux, Conseil franco-allemand de Défense et de Sécurité (CFADS), Groupe
franco-allemand de coopération militaire (GFACM), et surtout le lancement d’un dialogue
stratégique, dit de Chantilly.
Ce dialogue stratégique a permis l’établissement d’objectifs concrets, notamment un
renforcement de la communauté d’analyse de l’environnement stratégique devant permettre une
compréhension partagée de l’environnement, de ses menaces communes, des défis à venir, et la
recherche de scénarios communs d’action. Sur cette base, seront définis les domaines où la
coopération franco-allemande pourrait apporter une forte valeur ajoutée pour la sécurité commune
(coopération avec la Russie, défense anti-missile, prise en charge de la stabilisation du continent
européen et notamment des Balkans, renforcement de notre contribution dans la gestion postconflit…). L’atteinte de ces objectifs est facilitée par un élargissement du dialogue coopératif aux
parlementaires, à l’interministériel et à la société civile, fondations et instituts de recherche
notamment. Sur les plans capacitaire et industriel, la France et l’Allemagne rechercheront une
approche commune des conséquences de l’évolution des contextes économiques et financiers,
ainsi que du repositionnement américain, et de leurs impacts sur l’Europe de la Défense et de la
Sécurité avant de développer une analyse capacitaire partagée ainsi qu’une vision coordonnée
d’une base industrielle technologique et de défense binationale.
La concomitance du renouveau de la réflexion allemande et des travaux français de remise à jour
du Livre blanc constitue un environnement idéal pour accompagner et enrichir ce dialogue 30
stratégique, l’enjeu le plus important étant sans aucun doute une compréhension commune de la
complémentarité des rôles devant respectivement être joués à l’avenir par l’OTAN et l’Union
européenne.
Le principal défi actuel à relever dans notre coopération de Défense et de Sécurité est donc bien
de réussir à faire de nos différences des complémentarités et non des oppositions. Ce défi majeur
ne concerne pas que nos deux pays, mais toute l’Europe de la Défense et de la Sécurité,
l’accompagnement de sa montée en puissance constituant, de fait, l’objectif premier de notre
coopération.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire