c

BIENVENU SUR LE BLOG DE L'ASSOCIATION DES TITULAIRES DU TITRE DE LA RECONNAISSANCE DE LA NATION ET DU CIVISME ET DÉVOUEMENT SECTION SUISSE.
« Personne n'est assez fou pour préférer la guerre à la paix : dans la paix, les fils ensevelissent leur père ; dans la guerre, les pères ensevelissent leurs fils. » Hérodote



lundi 1 avril 2013

Mali : le récit d'une bataille entre Français et djihadistes


Rassemblement de troupes françaises, vendredi au sud de Tessalit, pour la visite du chef d'état-major de l'armée de terre, le général Bertrand Ract-Madoux.
En ce lundi matin, Gao se méfie encore. La veille, une poignée de djihadistes, entre quatre et six hommes bien armés, se sont infiltrés dans la cité du Nord-Est malien. Il aura fallu plus de quatre heures et un mort à l'armée malienne pour réduire cette petite bande de combattants suicidaires qui fuyait de maison en maison, mitraillant tout sur son passage. Le Mujao (Mouvement unicité et jihad en Afrique de l'Ouest), le groupe islamiste qui occupait Gao jusqu'à l'intervention française, signait là sa troisième incursion urbaine.
Alors que, dans le grand nord, dans l'adrar des Iforas, Aqmi a mis un genou à terre sous les coups des troupes françaises, Gao et sa région deviennent la priorité sécuritaire des officiers. La zone, où stationne un millier d'hommes, est renforcée. «La stratégie du Mujao est différente de celle d'Aqmi. Al-Qaida avait choisi, au moins au début, une confrontation frontale avec nous. Le Mujao lui a opté pour une guerre asymétrique, une guerre de harcèlement et de guérilla», souligne le général Bernard Barrera, le chef des opérations au Mali.
À Gao et dans les villages des alentours, profitant des cachettes offertes par les arbres de cette brousse sèche, le Mujao n'a jamais vraiment lâché prise. Depuis la fin février, les accrochages s'y multiplient, presque quotidiens, autour de Bourem, Djebok ou Gao. Chaque fois l'histoire est la même: un groupe de quelques djihadistes est débusqué puis «traité».
Mais rien jusqu'alors n'avait vraiment préparé les militaires français à la bataille Imènas. «C'était un scénario qui avait été planifié», reprend le colonel Bruno Bert. Le 1er mars, à la tête d'une colonne de 200 hommes et de 16 blindés du 92e régiment d'infanterie (RI) de Clermont-Ferrand, appuyés par autant de soldats maliens, l'officier s'approche d'Imènas à l'aube. Trois jours que la troupe ratisse la région, dans un calme relatif. Imènas est le dernier objectif. Ce gros village, signalé par les renseignements comme un possible site de transit de l'ennemi, doit être fouillé. Quelques djihadistes, surpris, tentent une vague résistance, puis préfèrent fuir. Le plan est mis en place: le capitaine Jean-Baptiste place ses véhicules pour assiéger la bourgade et l'armée malienne entreprend de visiter les maisons. Imènas se révèle sans grand intérêt. «La population était très calme, tout se passait bien», souligne le capitaine.
« On les voyait dans les yeux. »
Le capitaine Jean-Baptiste
Avant le départ, les militaires se décident néanmoins à vérifier les alentours, une forêt touffue, d'aspect innocent sous la chaleur. La section envoyée pour cette mission n'atteindra pas le sous-bois. «Ils ont tout de suite été pris sous un feu extrêmement intense et violent», rapporte le colonel Bert. Des dizaines de Gad («Groupe armé djihadiste» dans le jargon français) se ruent hors du couvert, kalachnikov en mains. Plusieurs roquettes RPG7 frôlent les blindés. Pris de court, les Français manœuvrent à la hâte. Le QG mobile, un transport de troupes blindé, est presque submergé par l'ennemi. Pour se dégager, la mitrailleuse 25 mm crache sur l'ennemi à moins de 20 mètres. Les fantassins prennent position comme ils le peuvent, vidant leurs chargeurs. Même les officiers doivent prendre leurs pistolets et tirer. «C'était très dur», commente le capitaine. «On les voyait dans les yeux.»
La colonne française finit par se réorganiser, et prendre deux petites hauteurs qui surplombent ce qui devenu un champ de bataille. «Il nous fallait garder l'initiative pour ne pas subir», expliquer le jeune officier. Des hélicoptères sont dépêchés sur place, pour pilonner les arrières du Mujao et le priver de tout espoir d'obtenir des renforts ou de se réapprovisionner. Le combat durera toute la journée. Par deux fois au moins, les djihadistes relanceront des assauts insensés. Les vagues s'approchent parfois à moins de dix mètres des fantassins français, qui encore et encore ouvrent un feu nourri.

Caches d'armes dans la forêt

À ces souvenirs, le regard des soldats, les plus jeunes d'abord, se perd un peu. «Ils étaient juste là. Les têtes éclataient comme des melons», décrit l'un. Ce combat de près, qui n'a rien de virtuel, va laisser des traces. Les Maliens, moins armés moins protégés que leurs homologues français, sont eux aussi violemment engagés. «On tirait, on tirait et ils revenaient encore. J'avais pris 100 balles et j'ai tout utilisé», se rappelle le soldat Ousman, qui n'en revient pas. L'ennemi espérait profiter de la relative faiblesse malienne pour briser l'offensive. «Les djihadistes n'étaient pas du tout désorganisés. Ce n'était pas du suicide. Ils bougeaient. Ils ont tenté à plusieurs reprises de nous contourner tant par la droite que par la gauche. Ils ont combattu», analyse le colonel Bert.
« Les têtes éclataient comme des melons »
Ce n'est que le soir tombant que la fusillade cesse. Le bilan côté franco-malien est vierge. «Un vrai miracle. Le fruit de l'entraînement sans doute», assure un deuxième classe. Toute la nuit, le 92e RI veille. Aux premières lueurs, les forces coalisées lancent l'attaque. Cette fois, le bois tombe sans mal. Profitant de l'obscurité, les djihadistes ont fui. Sous les arbres les Français retrouvent 51 corps abandonnés. Seuls les blessés ont été emmenés par les islamistes.
Combien étaient-ils au plus fort de cette bataille? «Vraisemblablement pas moins d'une centaine», estime le colonel Bert. Au moins le double, selon un responsable des renseignements. Le mystère des effectifs restera entier. La visite, serrée et tendue, des taillis d'Imènas lèvera en revanche celui de la motivation des djihadistes. Sous des bâches et branchages, dans des trous, on découvre des dizaines de caches d'armes de tous calibres. Des postes de combats bien préparés sont aussi mis au jour. Un arsenal qui n'étonne pas les officiers français.

Fondus dans la population

«C'est leur stratégie. Ils cachent leurs armes et vont les chercher quand ils veulent», rappelle le colonel Bert. Entre-temps, les islamistes se fondent dans la population, se muant en bergers ou en artisans. Comme en Afghanistan, l'ennemi peut donc être partout, n'ayant besoin que de quelques heures pour surgir ou se cacher à nouveau. Chaque village peut être un jour un Imènas. Et difficile de savoir si, dans cette guérilla des plus classique, les civils sont les otages ou les complices du Mujao.
«L'une des grandes différences entre la région de Gao et le reste du Mali, c'est qu'ici les islamistes ont réussi à convaincre une partie des habitants du bien-fondé de leur thèse. Cela fait au moins une dizaine d'années que les salafistes se sont implantés avec succès», explique l'un des rares humanitaires à être resté en ville au cours des derniers mois. Paris n'ignore rien de cette imprégnation. Les morts retrouvés sur le champ de bataille étaient tous de jeunes Noirs. Des gamins perdus recrutés sur place et qui forment aujourd'hui l'ossature du Mujao. Alors, même si après le choc d'Imènas le Mujao s'est fait nettement plus discret, les militaires se gardent bien de crier victoire.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire