c

BIENVENU SUR LE BLOG DE L'ASSOCIATION DES TITULAIRES DU TITRE DE LA RECONNAISSANCE DE LA NATION ET DU CIVISME ET DÉVOUEMENT SECTION SUISSE.
« Personne n'est assez fou pour préférer la guerre à la paix : dans la paix, les fils ensevelissent leur père ; dans la guerre, les pères ensevelissent leurs fils. » Hérodote



mardi 28 mai 2013

Le militaire agressé est sorti de l'hôpital

 

Le militaire français de 23 ans attaqué samedi à l'arme blanche lors d'une patrouille Vigipirate à la Défense, près de Paris, est sorti lundi de l'hôpital. Son agresseur est toujours recherché.


L'auteur de l'agression est toujours activement recherché par la police.

Militaire agressé à Paris: «Cédric est traumatisé»Agression à Paris: «On a voulu le tuer parce qu'il était militaire»

 Le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, a répété lundi que des éléments laissaient penser à un acte terroriste rappelant le meurtre, mercredi à Londres, d'un militaire britannique par deux hommes lançant des slogans islamistes.

«Il y a des pistes sérieuses mais je n'en dirai pas plus (...) il y a des éléments qui laissent penser à un certain nombre de similitudes par rapport à ce qui s'est passé à Londres», a-t-il dit sur Canal .

Le militaire français a été attaqué au cutter ou au couteau alors qu'il patrouillait près de la station RER de La Défense, vers 18h00, dans le cadre du plan Vigipirate. Il se trouvait à l'arrière de ses deux collègues, ce qui expliquerait pourquoi son agresseur a réussi à s'enfuir aussitôt après son geste en se fondant dans la foule.

Images de vidéosurveillance

Pour tenter de retrouver son agresseur, les enquêteurs de la brigade criminelle de la police judiciaire parisienne exploitent les témoignages et, surtout, les nombreuses images de vidéosurveillance provenant à la fois de la SNCF, de la RATP et du gestionnaire du centre commercial de la Défense.

Le soldat avait été admis à l'hôpital Percy de Clamart, en région parisienne. Depuis l'agression, «il n'est pas tranquille. A quatre heures du matin, il y a un infirmier qui est rentré dans sa chambre, il s'est tout de suite redressé, car il croyait que c'était l'agresseur qui revenait pour finir le travail», a dit sa compagne de 22 ans sur RTL.

«A deux centimètres près, c'était la carotide qui était atteinte, il pouvait mourir», a-t-elle ajouté.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire