c

BIENVENU SUR LE BLOG DE L'ASSOCIATION DES TITULAIRES DU TITRE DE LA RECONNAISSANCE DE LA NATION ET DU CIVISME ET DÉVOUEMENT SECTION SUISSE.
« Personne n'est assez fou pour préférer la guerre à la paix : dans la paix, les fils ensevelissent leur père ; dans la guerre, les pères ensevelissent leurs fils. » Hérodote



vendredi 28 juin 2013

L’immense champion Alain Mimoun était aussi un ancien de l’armée d’Afrique

Médaillé d’or à l’issue du marathon des Jeux Olympiques de Merlbourne et comptant 29 titres de champion de France, l’athlète français Alain Mimoun s’est éteint le 27 juin à l’âge de 92 ans. Pourtant, sa carrière sportive n’aurait pu jamais commencer…
Né en Algérie en 1921, Alain Mimoun s’engage à l’âge de 19 ans au sein du 19e Régiment du Génie quand éclate la Seconde Guerre Mondiale et participe aux combats contre l’Afrika Korps lors de la campagne de Tunisie.
Promu caporal en 1943, Alain Mimoun prend alors part à la campagne d’Italie avec l’armée d’Afrique (ou Iere Armée) du maréchal Juin. Lors des combats de Monte Cassino, en 1944, il est gravement touché à la jambe gauche par des éclats d’obus. Grâce à l’intervention d’un médecin français contre l’avis de ses confères américains, le jeune soldat évitera heureusement l’amputation de justesse…
Soigné à l’hôpital de Naples, Alain Mimoin se remettra assez vite de ses blessures. En tout cas suffisamment à temps pour participer, le 15 août 1944, au Débarquement de Provence, au cours duquel son bataillon gagnera la Croix de Guerre avec 4 citations.
Après la guerre, Alain Mimoun retrouve la vie civile et se lance dans la course de fond. Les séquelles de sa blessure reçu à Monte Cassino seront sa faiblesse… Faiblesse qu’il a su convertir en force, avec sa foulée particulière mais finalement efficace. En tout cas, au cours de sa vie, cet athlète n’aura pas manqué de courage, ni de la volonté nécessaire pour aller au bout de soi-même, voire au-delà.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire