c

BIENVENU SUR LE BLOG DE L'ASSOCIATION DES TITULAIRES DU TITRE DE LA RECONNAISSANCE DE LA NATION ET DU CIVISME ET DÉVOUEMENT SECTION SUISSE.
« Personne n'est assez fou pour préférer la guerre à la paix : dans la paix, les fils ensevelissent leur père ; dans la guerre, les pères ensevelissent leurs fils. » Hérodote



dimanche 4 août 2013

Le premier A400M Atlas a été livré… Enfin!




Au terme de dix années de développement et de plus de 5 000 heures d’essais en vol, Airbus Military a annoncé, le 31 juillet, que l’A400M “Atlas” venait de recevoir la certification IOC (Initial Operating Clearance), délivrée par l’Organisation Conjointe de coopération en matière d’Armement (OCCAR). Un évènement très attendu car l’industriel avait besoin d’obtenir cette certification militaire pour livrer le premier exemplaire de cet appareil.
Et les choses n’ont pas traîné car la Direction générale de l’armement (DGA) a informé, par voie de communiqué, ce 1er août, qu’elle vient de réceptionner le premier A400M de sérié (le MSN007). L’avion rejoindra, dans les prochaines 24 heures, et avec un équipage de l’armée de l’Air aux commandes, la base aérienne d’Orléans-Bricy, où une “cérémonie officielle (…) aura lieu ultérieurement, en présence des autorités concernées.”
La DGA souligne que cette “première livraison est l’aboutissement d’un processus long, complexe et minutieux entre les équipes industrielles d’Airbus Military, les équipes étatiques des 7 nations partenaires et celles de l’organisation conjointe de coopération en matière d’armement (OCCAR)”. Il a fallu passer par plusieurs étapes avant d’en arriver là.
Il était en effet nécessaire d’obtenir les certifications civile et militaire, la qualification et la vérification des performances effectives de l’avion par rapport aux spécifications du contrat et, enfin, la réception de l’appareil MSN7 par les ingénieurs, pilotes d’essais et spécialistes qualité de la DGA.
Initialement, le premier A400M aurait dû être livré à l’armée de l’Air en 2009. Mais le programme a connu des retards et des problèmes techniques, lesquels ont généré des surcoûts qu’il a bien fallu prendre en charge. Ce qui a été fait, en novembre 2010, à l’issue d’une renégociation des termes du contrat entre l’industriel et les pays clients de l’appareil.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire