c

BIENVENU SUR LE BLOG DE L'ASSOCIATION DES TITULAIRES DU TITRE DE LA RECONNAISSANCE DE LA NATION ET DU CIVISME ET DÉVOUEMENT SECTION SUISSE.
« Personne n'est assez fou pour préférer la guerre à la paix : dans la paix, les fils ensevelissent leur père ; dans la guerre, les pères ensevelissent leurs fils. » Hérodote



lundi 5 août 2013

LPM : Du flou sur le nombre de frégates dites de “premier rang”

Quand c’est flou, c’est qu’il y a un loup” a dit un jour Martine Aubry, à propos du projet de son concurrent, qui était alors François Hollande, lors de la primaire socialiste de l’automne 2011. Pour ce qui concerne les frégates dites de “premier rang” de la Marine nationale, le projet de loi de programmation militaire n’est pas très clair.
Pour rappel, le Livre blanc sur la défense et la sécurité nationale (LDBSN), publié le 29 avril dernier, a fixé à 15 le nombre de frégates de 1er rang. Ce qui a donné lieu à quelques interrogations sur une éventuelle réduction de 3 FREMM (frégates multimissions) sur les 11 qui étaient alors attendues.
Le dossier de présentation du projet de LPM 2014-2019, qui a été présenté ce 2 août, indique que “la cible, cohérente avec le format du Livre blanc de 15 frégates de premier rang, est de 11 frégates (ndlr, FREMM), le choix de la définition des 3 dernières intervenant en 2016.” Et d’ajouter : “Fin 2019, 6 FREMM à capacités de base auront été livrées, les 2 unités suivantes disposeront d’une capacité renforcée de défense aérienne.”
La FREMM Aquitaine a été livrée avant la mise en oeuvre de la prochaine LPM. Les frégates Normandie, Provence, Languedoc, Auvergne et Alsace entreront donc en service au cours des 5 prochaines années.
Seulement, l’on ne sait plus trop où l’on en est quand le dossier du ministère de la Défense présente les capacités des forces françaises en 2020. S’agissant de la Marine nationale, au chapitre des “forces dimensionnées pour des opérations de haute intensité ou de crise majeure, capacités de premier plan, polyvalentes, feux précis et puissants”, l’on compte 6 sous-marins nucléaires d’attaque (SNA), dont un de la classe Barracuda (les 5 autres étant bien évidemment des “Rubis”), 1 porte-avions nucléaire avec son groupe aérien, 5 FREMM, 4 frégates de défense aérienne, dont 2 d’ancienne génération (2 Horizon et 2 type F-70 AA) et 2 frégates anti-sous-marines d’ancienne génération (donc, des F-70 ASM).
Dans cette liste, une FREMM a disparu et l’on ne compte pas 15 mais seulement 11 frégates de premier rang. Par ailleurs, les 5 frégates légères furtives de type La Fayette font partie des “unités de combat moins puissantes, permettant de préserver le potentiel des forces lourdes et un nombre suffisant de moyens pour assurer la présence en mer” (ouf!). Il est difficile de les considérer comme étant de premier rang, étant donné qu’elles ne disposent pas de sonar, un équipement indispensable pour détecter les sous-marins et assurer la protection, par exemple, d’un groupe aéronaval. A moins qu’il y soit remédié mais cela ne semble pas prévu dans le projet de LPM.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire