c

BIENVENU SUR LE BLOG DE L'ASSOCIATION DES TITULAIRES DU TITRE DE LA RECONNAISSANCE DE LA NATION ET DU CIVISME ET DÉVOUEMENT SECTION SUISSE.
« Personne n'est assez fou pour préférer la guerre à la paix : dans la paix, les fils ensevelissent leur père ; dans la guerre, les pères ensevelissent leurs fils. » Hérodote



lundi 16 septembre 2013

Opération Serval, un point sur la force militaire française...

Au cours de ces derniers jours, les opérations aériennes se sont poursuivies avec près de 80 sorties, dont 50 effectuées par les avions de chasse. Une vingtaine de sorties ont été dédiées aux missions de transport, une dizaine aux missions de ravitaillement et de renseignement.

Au sol, la force Serval poursuit les opérations autour de la boucle du Niger, et dans le Nord du pays, tout en ré-articulant son dispositif.

Ainsi, du 27 août au 2 septembre, un sous-groupement tactique a conduit une opération de contrôle de zone entre Bourem et Almoustarat. Cette opération, pour laquelle environ 170 militaires de la force Serval étaient engagés, faisait suite à une.

précédente action conduite quelques jours auparavant dans une zone voisine et visait à maintenir la pression sur les groupes terroristes dans la région. Située à la croisée des axes longeant le Niger et de la piste reliant Gao à Tessalit, cette région est rendue particulièrement difficile par la saison des pluies. Les alternances d’orages violents et de périodes de grandes chaleurs créent des zones marécageuses temporaires. Chaque déplacement apporte alors son lot de surprises, les parties impraticables de la piste pouvant changer très vite. Il est donc important pour Serval de bien connaitre la piste et ses contournements possibles, car cet axe est aussi l’axe logistique pour tout le dispositif Nord de la Force. Par ailleurs, durant l’opération, une aide médicale à la population (AMP) à été organisée au profit des habitants de la région d’Almoustarat par la Section Environnement Opérationnelle (SEO) de la force.

La SEO est un élément d’appui chargé d’informer la population sur la mission de Serval et de recueillir toute information contribuant à la protection de la Force. Cet élément est articulé autour d’une équipe de commandement, insérée au sein du PC tactique du GTIA désert.

Le 2 septembre 2013, la brigade SERVAL a remis une motopompe à la coopérative des planteurs et maraîchers de Gao. A la suite d’une demande de l’administration malienne, le détachement des actions sur les perceptions et l’environnement opérationnel (APEO) de SERVAL a étudié le projet de remplacement d’une motopompe en panne pour la coopérative maraîchère. Ce jardin, qui rassemble 300 ouvriers et leurs familles, permet de fournir en fruits et légumes tous les marchés de Gao et de sa périphérie. Le financement d’une nouvelle motopompe a été accueilli avec enthousiasme par la population. Cet appareil permet de fournir en eau 7 hectares de cultures. Il s'agit d'un renouveau symbolique, car la coopérative avait subi le vol et la destruction de la majorité de ses matériels par les groupes armés terroristes.

Le même jour à l’état-major de la MINUSMA à Gao, l’équipe opérationnelle de déminage (EOD) du détachement du génie d’aide au déploiement (DGAD) de la brigade Serval a réalisé une séance de sensibilisation aux engins explosifs improvisés (IED) au profit d’une cinquantaine de cadres et militaires du bataillon nigérien de la MINUSMA. L’instruction, qui s’appuyait à la fois sur une formation théorique sur la reconnaissance et la conduite à tenir en cas de découverte d’IED et sur une restitution pratique, contribue à la montée en puissance de la MINUSMA sur le terrain.

Enfin, le 4 septembre 2013, le général Marc Foucaud, commandant de la force Serval, a assisté à la prestation de serment du nouveau président Malien, M. Ibrahim Boubakar Keïta, élu le 11 août dernier à l’issue d’un scrutin à deux tours dont la communauté internationale a salué l’organisation. La force Serval avait participé à la sécurisation de cette élection en appui de la MINUSMA, elle-même en soutien des forces de sécurité maliennes.
Environ 3200 militaires français sont actuellement présents sur le sol malien et poursuivent leurs missions de sécurisation visant à affaiblir durablement les groupes terroristes, ainsi qu’à appuyer le transfert de la zone aux contingents relevant de la MINUSMA.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire