c

BIENVENU SUR LE BLOG DE L'ASSOCIATION DES TITULAIRES DU TITRE DE LA RECONNAISSANCE DE LA NATION ET DU CIVISME ET DÉVOUEMENT SECTION SUISSE.
« Personne n'est assez fou pour préférer la guerre à la paix : dans la paix, les fils ensevelissent leur père ; dans la guerre, les pères ensevelissent leurs fils. » Hérodote



samedi 5 octobre 2013

Le député-maire d’Orange s’inquiète du départ éventuel du 1er Régiment Etranger de Cavalerie

L’on devrait bientôt connaître la liste des unités  concernées par les restructurations prévues par la prochaine Loi de  programmation militaire (LPM), laquelle prévoit la suppression de 23.500 postes  supplémentaires au sein du ministère de la Défense. En attendant, les rumeurs ou  encore les fuites savamment organisées en guise de ballon d’essai ne manquent  pas de circuler. Ainsi, RFI Assure que deux  régiments de l’armée de Terre seront très certainement dissous. Il s’agit du 4e  Régiment de Dragons, implanté à Carpiagne – c’était bien la peine de réactiver  ses traditions en 2009 en lieu et place du 1er-11e Cuirassiers… – ainsi que du  110e Régiment d’Infanterie, lequel appartient à la Brigade Franco-Allemande  (BFA). Sur ce dernier point, l’on peut tout de même nourrir quelques  doutes. Par ailleurs, et sans surprise tant cela revient avec  insistance, le 3e Régiment de Parachutistes d’Infanterie de Marine (RPIMa) de  Carcassonne figure également sur la liste publiée par RFI, de même qu’une unité  de la 1ere Brigade Mécanisée (BM) qui n’a pas été précisée. En fait, il pourrait  s’agir du 3e Régiment du Génie, basé à Charlevilles-Mézières. Quant aux mouvements de régiments, l’idée d’un  déplacement des drones tactiques du 61e Régiment d’Artillerie (RA) de Chaumont  vers Etain semble tenir la corde. Et il semblerait, toujours d’après la même  source, que les AMX-10RC du 1er Régiment Etranger de Cavalerie (REC)  quitteraient Orange pour aller remplacer les chars Leclerc du 4e RD à  Carpiagne. Pour l’armée de l’Air, les restructurations vont se  jouer entre les bases de Dijon, d’Orange et de Luxeuil. Cependant, pour ce qui  concerne la dernière citée, les élus locaux semblent confiants pour son  maintien. Comme on le voit, la ville d’Orange pourrait être la  grand perdante des mouvements qui se préparent. Et cela ne manque pas  d’inquiéter Jacques Bompard, son député-maire, qui a fait savoir, par voie de  communiqué, avoir demandé un rendez-vous au ministre de la Défense, Jean-Yves Le  Drian, pour évoquer surtout la question du départ éventuel du 1er REC pour  Carpiagne, qu’il qualifie de “rumeur persistante”. “Il n’est pas concevable, en effet, que dans une  république comme la nôtre les représentants du peuple, à qui ce dernier demande  à juste titre des comptes, ne soit pas informés de décisions aussi importantes.  Il est possible que cette rumeur de départ soit sans fondement. Il importe  désormais à l’Etat de le dire et de le dire rapidement”, a ainsi fait valoir  Jacques Bompard, dont le parcours politique a de quoi déplaire à la majorité  actuelle. Et dans le cas où une telle mesure aurait été prise  ou serait en passe de l’être, l’élu entend obtenir des explications et qu’on lui  dise en “en quoi le 1er REC dans les Bouches-du-Rhône sera plus performant, à un  coût moindre pour le budget de la France, qu’à Orange, où il est plus proche de  l’Etat-Major de la brigade blindée à laquelle il appartient.” “Si le transfert du 1er REC se justifiait par une  nécessité majeure de défense nationale, la Ville d’Orange serait la première à  accepter ce départ et à s’incliner devant l’intérêt supérieur de la France. Mais  cette nécessité n’étant nullement démontrée, la Ville d’Orange entend se  mobiliser pour conserver un régiment présent en son sein depuis plus quarante  ans et qui, d’une certaine manière, est un peu devenu ‘son’ régiment”, a encore  ajouté Jacques Bompard.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire