c

BIENVENU SUR LE BLOG DE L'ASSOCIATION DES TITULAIRES DU TITRE DE LA RECONNAISSANCE DE LA NATION ET DU CIVISME ET DÉVOUEMENT SECTION SUISSE.
« Personne n'est assez fou pour préférer la guerre à la paix : dans la paix, les fils ensevelissent leur père ; dans la guerre, les pères ensevelissent leurs fils. » Hérodote



vendredi 13 décembre 2013

Destruction d'un pick-up armé d'une mitrailleuse, par les forces françaises

Sangaris : Pour les militaires français, le combat est engagé en Centrafrique

Alors que, le 5 décembre 2013, Bangui était le théâtre d’accrochages entre les ex-rebelles de la coalition Séléka, aujourd’hui intégrés aux forces de sécurité centrafricaines malgré leur responsabilité dans de nombreuses exactions, et des éléments armés non identifiés (probablement des fidèles de l’ex-président Bozizé, renversé en mars), des militaires français présents en Centrafrique au titre de l’opération Boali, ont neutralisé un pick-up ayant ouvert le feu dans leur direction et sur des civils.
“Jeudi à l’aube, un pick-up armé a ouvert le feu à trois reprises en direction de ces civils et des troupes françaises. A la troisième ouverture du feu, on a riposté et on a détruit le véhicule”, a indiqué, ce jour, le porte-parole de l’Etat-major des armées. Aucune précision supplémentaire n’a été donnée.
Le pick-up en question était équipé d’une mitrailleuse et devait transporter entre 4 et 5 assaillants. L’incident n’a fait aucun blessé du côté des militaires français et des civils. Ces derniers, depuis les premiers accrochages, se sont rapprochés par centaines de l’aéroport de Bangui afin de pouvoir bénéficier de la protection des forces françaises qui y sont déployées. Selon l’EMA, ils étaient 2.000 au cours de la journée du 5 décembre.
Cet accrochage est donc survenu avant l’adoption, par le Conseil de sécurité des Nations unies, de la résolution 2127 autorisant la France à intervenir en soutien à la Mission internationale de soutien à la Centrafrique (Misca) et du lancement de l’opération Sangaris par le président de la République.
Source : Zone Militaire

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire