c

BIENVENU SUR LE BLOG DE L'ASSOCIATION DES TITULAIRES DU TITRE DE LA RECONNAISSANCE DE LA NATION ET DU CIVISME ET DÉVOUEMENT SECTION SUISSE.
« Personne n'est assez fou pour préférer la guerre à la paix : dans la paix, les fils ensevelissent leur père ; dans la guerre, les pères ensevelissent leurs fils. » Hérodote



mardi 21 janvier 2014

Baisse d'effectifs : "un défi considérable" pour les armées

Environ 33 500 postes supplémentaires doivent être supprimés d'ici 2019 dans les armées, après de premières coupes drastiques depuis 2008.

Le général Bertrand Ract-Madoux, chef d'état-major de l'armée de Terre, a souligné mardi "le défi considérable" que constituent pour les armées les nouvelles suppressions de postes inscrites dans la Loi de programmation militaire (2014-2019).
Environ 33 500 postes supplémentaires doivent être supprimés d'ici 2019 dans les armées, après de premières coupes drastiques depuis 2008. "En 2014, la part de la Défense représente 60 % des déflations de postes de la fonction publique", a souligné le général Ract-Madoux au cours d'une rencontre avec la presse spécialisée. "Le défi est considérable", "c'est de plus en plus compliqué", a-t-il affirmé.
Le patron de l'armée de Terre a souhaité que "les grosses mesures de restructuration" - fermetures de bases, dissolutions de régiments... - soient annoncées le plus tôt possible. Seule la suppression de deux régiments en 2014 a jusqu'à présent été annoncée par la Défense.

"Faire plus avec moins"

"Une fois ces dissolutions passées, la grosse difficulté, dans deux ou trois ans, sera de réaliser les déflations prévues à partir de rationalisations, d'optimisations...", a-t-il estimé, autant de termes qui signifient selon lui : "faire plus avec moins".
Le général Ract-Madoux s'est cependant réjoui qu'il y ait en France "une conscience qu'en matière de Défense il ne faut pas aller trop loin dans les économies, les réductions..." pour conserver un dispositif efficace.
L'objectif du gouvernement est de ramener les effectifs de la Défense à 242 000 personnes (militaires et civils) à l'horizon 2019, contre environ 280 000 actuellement.










Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire