Le président François Hollande passe en revue les troupes du 12e régiment de la base d'Olivet, près d'Orléans (Loiret) à l'occasion des vœux de nouvelle année, le 9 janvier 2013.Le président François Hollande passe en revue les troupes du 12e régiment de la base d'Olivet, près d'Orléans (Loiret) à l'occasion des vœux de nouvelle année, le 9 janvier 2013. (JACQUES BRINON / POOL)


C'est une réduction drastique de la présence militaire française au Mali, alors que la France est aussi engagée en Centrafrique. François Hollande annonce mercredi 8 janvier que les effectifs militaires français au Mali seraient ramenés de près de 2 500 hommes aujourd'hui à 1 600 à la mi-février. Jusqu'à présent, le ministère de la Défense évoquait une réduction des effectifs du contingent français au Mali à un millier d'hommes au printemps.

"Les effectifs passeront de 2 500 à peu près aujourd'hui à 1 600, puis ils déclineront jusqu'à mille, ce qui sera le niveau nécessaire pour faire face à toute menace qui pourrait ressurgir, car les groupes terroristes sont encore présents au nord du Mali", déclare le chef de l'Etat, lors de ses vœux aux armées sur la base aérienne de Creil (Oise). "Nous avons maintenant la situation bien en main", a-t-il ajouté.

L'opération militaire Serval, lancée le 11 janvier 2013, a été "un succès reconnu" par les Maliens, mais aussi "l'ensemble de la communauté internationale", a fait valoir François Hollande qui s'exprimait dans un hangar, devant un Rafale, l'avion de combat du groupe Dassault. "Au Mali, l'essentiel de la mission est accompli" et "la mission est en train de s'achever", s'est-il encore félicité.