c

BIENVENU SUR LE BLOG DE L'ASSOCIATION DES TITULAIRES DU TITRE DE LA RECONNAISSANCE DE LA NATION ET DU CIVISME ET DÉVOUEMENT SECTION SUISSE.
« Personne n'est assez fou pour préférer la guerre à la paix : dans la paix, les fils ensevelissent leur père ; dans la guerre, les pères ensevelissent leurs fils. » Hérodote



lundi 26 mai 2014

Jean-Yves Le Drian défend son budget dans une lettre à Valls

 

 

DEFENSE - Le ministre de la Défense rappelle le «niveau des engagements militaires extérieurs», notamment en Afrique...

 
Le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian a écrit à Manuel Valls pour défendre son budget alors que de nouvelles restrictions budgétaires sont envisagées, révèle, ce vendredi, Le Figaro. Rappelant le «niveau des engagements militaires extérieurs», notamment en Afrique, le ministre assure être déjà «au seuil de l’acceptabilité sociale».

Avions ravitailleurs et entraînement des armées

Dans son courrier, qui ne concerne formellement que l'exercice 2014, le ministre de la Défense évalue à 355 millions d'euros les efforts à réaliser cette année. «Une annulation qui se cumulerait avec celle opérée fin 2013, à hauteur de 720 millions d'euros sur les crédits d'équipement de la défense», relève-t-il, selon Le Figaro.
De telles contraintes impactent, toujours selon le courrier envoyé à Matignon, «l’entraînement des armées, déjà inférieur aux normes internationales.» Evoquant l’impact de nouvelles coupes, Jean-Yves Le Drian cite, pêle-mêle, les avions ravitailleurs neufs dont l’armée a besoin, le sous-équipement que subirait l’armée de terre et l’annulation de contrats stratégiques dans le domaine du renseignement.

Les généraux mettent leur démission sur la table

Selon Le Figaro, le ministre Le Drian serait d’ailleurs soutenu par les principaux généraux de l’armée qui font bloc. Le 13 mai, les officiers généraux cinq étoiles dirigeant les trois corps d’armée (terre, air et marine) ainsi que le chef d’état-major auraient mis leur démission sur la table.
«Ces responsables demeurent jusqu'à aujourd'hui dans ce même état d'esprit, et se disent peu convaincus par les messages venus de Bercy ou de l'Élysée», conclut Le Figaro.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire