c

BIENVENU SUR LE BLOG DE L'ASSOCIATION DES TITULAIRES DU TITRE DE LA RECONNAISSANCE DE LA NATION ET DU CIVISME ET DÉVOUEMENT SECTION SUISSE.
« Personne n'est assez fou pour préférer la guerre à la paix : dans la paix, les fils ensevelissent leur père ; dans la guerre, les pères ensevelissent leurs fils. » Hérodote



mardi 3 juin 2014

ANT-TRN Informe: La petite histoire du drap "Bleu Horizon"

En août 1914, les capotes de couleur dite "gris de fer bleuté" et les pantalons et képi de couleur dite "garance" (du nom de l'élément de teinture) ont vite montré leurs limites. Sur le front, les soldats dotés de pantalons rouge garance constituaient des cibles idéales pour l’ennemi.

L’armée française a donc décidé de faire évoluer l’uniforme. Une réflexion avait déjà été menée sur la couleur : le kaki, le beige bleu, le tricolore (fils bleus , blancs et rouges) avaient été envisagés. Un projet de treillis camouflé avait même été présenté .
 
A la vue d'une pénurie imminente de draps d'uniforme, le Ministère de la Guerre s'est alors tourné vers la société Balsan pour créer un drap unique dit "de couleur neutre" pouvant remplacer tous les draps de l'Armée Française, dont le fameux Garance.
 
Le 16 août 1914, la maison Balsan, entreprise familiale industrielle fondée par Jean-Pierre Balsan en 1859 à Châteauroux, est convoquée par le ministre de la Guerre afin de lui remettre le feutre étalon développé: un drap de couleur bleu clair, économe en matières tinctoriales et facile à produir.
 
L'histoire retiendra ce drap sous le nom de Bleu Horizon .
 
Balsan se lance naturellement dans la confection d’uniformes de novembre 1914 à 1917. Les ouvriers travaillent dimanches et jours fériés jusqu’au 1er janvier 1915, puis l’arrivée d’ouvriers d’Afrique du Nord permet le travail de nuit. Un atelier de confection est installé et emploie 400 femmes, la plupart réfugiées du Nord de la France. L’effectif maximal est atteint en 1916 avec 1 555 ouvriers.
 
Aujourd'hui filiale du groupe Marck, la société reste l'un des fournisseurs historiques d'uniformes et d'accessoires de l’armée française. Elle dispose de 2 sites de production en France: à Déols (36) pour la fabrication d’uniformes de cérémonie (ex: tenues des écoles de Saint-Cyr, Polytechnique, Gendarmerie…) et à Sainte-Pazanne (44) pour la fabrication de coiffes.
 
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire