c

BIENVENU SUR LE BLOG DE L'ASSOCIATION DES TITULAIRES DU TITRE DE LA RECONNAISSANCE DE LA NATION ET DU CIVISME ET DÉVOUEMENT SECTION SUISSE.
« Personne n'est assez fou pour préférer la guerre à la paix : dans la paix, les fils ensevelissent leur père ; dans la guerre, les pères ensevelissent leurs fils. » Hérodote



mardi 16 septembre 2014

L'armée de terre enquête sur une vague de suicides liés, selon le quotidien "Ouest-France", à une "ambiance délétère" au sein d'une section de combat.


En septembre 2012, Jean-Yves Le Drian inspecte le 3e RIMa de Vannes, une unité qui lui est chère.
En septembre 2012, Jean-Yves Le Drian inspecte le 3e RIMa de Vannes, une unité qui lui est chère.© Le télégramme/Maxppp
            
C'est une très vilaine affaire que révèle mardi matin le quotidien régional Ouest-France. Au 3e régiment d'infanterie de marine (3e RIMa) de Vannes (Morbihan), trois suicides de jeunes engagés volontaires de l'armée de terre (EVAT) se sont produits depuis janvier 2013, le dernier le 28 août dernier. Selon l'état-major de l'armée de terre, ces trois décès sont survenus dans un contexte personnel "dramatique" et ne semblent pas être liés à l'activité du régiment. Selon le colonel Hervé Pierre, le chef de corps cité par Ouest-France, les risques que courait le dernier jeune homme qui s'est donné la mort le 28 août avaient été repérés : "Nous le suivions. Selon les témoignages que nous avions début août, il allait mieux. Nous n'avons pas vu le risque majeur. Tous les jours, je me demande ce que l'on aurait pu faire de plus."

"Ambiance délétère" ?

Quelles que soient les conditions de ces décès, l'une de leurs caractéristiques est particulièrement inquiétante. Ces trois décès se sont tous produits dans la même section de combat, qui s'est elle-même baptisée "les forbans". Une section est une unité de combat élémentaire dont l'effectif varie entre 30 et 40 hommes, commandés par un jeune officier assisté d'un sous-officier expérimenté. C'est la cellule de base d'un régiment d'infanterie.
L'article de Ouest-France fait état de graves accusations sur l'ambiance "délétère" qui aurait régné au sein de cette section : "Des gars pètent les plombs, avec le stress, le manque de respect de certains sous-officiers qui utilisent de façon perverse leur grade, les insultes racistes. Ils jouent avec nous, avec les permissions, la notation, en nous punissant avec des tours de garde supplémentaires." Plus grave encore, des pressions physiques auraient été exercées : "Des chefs sont très bien mais certains cadres donnent des gifles, ils appellent ça des claques de bon fonctionnement."

"Un fond de rugosité"

La section des forbans avait vécu une très difficile mission en Afghanistan en 2009, y perdant cinq de ses soldats. Mais seule la première victime de cette vague de suicide avait participé à cette mission. Les deux autres, morts respectivement en juillet 2013 et le 28 août 2014, étaient partis en Opex (opérations extérieures) au Mali, où ils n'avaient pas participé aux opérations de combat, puisqu'ils étaient affectés à la garde de l'aéroport de Bamako. Tous avaient été entendus à leur retour par les services médicaux, qui n'avaient pas suspecté de stress post-traumatique.
Le chef du service d'information de l'état-major de l'armée de terre, le colonel Bruno Louisfert, nous a fait savoir mardi matin que le colonel Hervé Pierre "pris par ce dossier" n'est pas disponible pour un entretien. Le chef de corps a déclaré à Ouest-France : "Je veux bien entendre que tout n'est pas rose dans les unités. Il y a un fond de rugosité dans les relations qui peuvent être difficiles. Mais j'ai un peu de mal à faire le lien avec les suicides."

Le Drian au parfum

Sur les accusations de mauvais commandement, voire de sévices, rapportées par le quotidien régional, le colonel Bruno Louisfert dit tomber des nues : "Je découvre ces accusations, qui sont à ce stade des allégations anonymes. Je ne dis pas qu'elles ne seraient pas fondées, mais que je ne sais pas si elles sont vraies. Tous les moyens ont été pris pour tirer cette affaire au clair, car les accusations évoquent des faits contraires à tout ce que l'armée de terre enseigne à ses cadres officiers et sous-officiers."
Le 3e RIMa est un régiment particulier. Le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian, élu morbihannais, a toujours eu pour lui les yeux de Chimène. On peut conjecturer de ce seul fait que le dossier a reçu un accueil ministériel particulier et que cette affaire va être suivie de très près

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire